A Bioassay of Nitrogen Availability in Soils Amended with Solid Digestate from Anaerobically Digested Beef Cattle Feedlot Manure.

Chiyoka, W.L., Zvomuya, F., et Hao, X. (2014). « A Bioassay of Nitrogen Availability in Soils Amended with Solid Digestate from Anaerobically Digested Beef Cattle Feedlot Manure. », Soil Science Society of America Journal, 78(4), p. 1291-1300. doi : 10.2136/sssaj2013.01.0030  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le fumier digéré en anaérobiose (FDA) provenant des usines de biogaz est souvent appliqué sur les terres cultivées à des taux équivalents à ceux du fumier brut. Cependant, le processus de digestion peut modifier les profils de libération des nutriments, ce qui nécessiterait un ajustement des taux d’épandage. Nous avons testé cette hypothèse à l’aide de cinq cycles de croissance d’orge commune (Hordeum vulgare L.) cultivé dans des pots contenant du chernozem brun foncé (haploboroll typique mélangé) ou du chernozem noir (haplocryoll typique) enrichi de fumier de bovins (Bos taurus) d’engraissement, de digestat solide (ou DS, la fraction des solides séparés du FDA), de DS granulé (DSG) et d’un mélange urée + phosphate de monoammonium (UPMA) à des taux équivalents à 400 et 800 mg d’azote total kg1 de sol. La différence de rendement en biomasse entre le fumier, le DS et l’UPMA (moyenne = 32 g kg1 de sol) n’était pas significative; le rendement en biomasse le moins élevé a été celui du DSG (18 g kg1 de sol). En général, le taux apparent de récupération de l’azote découlant des amendements au cours des cinq cycles de culture allait en décroissant dans l’ordre suivant : UPMA (53 %) > fumier (35 %) ≈ DS (20 %) > DSG (−7 %) dans le chernozem brun foncé; et UPMA (45 %) ≈ fumier (42 %) > DS (26 %) > DSG (−13 %) dans le chernozem noir. La minéralisation nette apparente de l’azote organique était plus élevée dans le chernozem noir que dans le chernozem brun foncé et, dans les deux types de sol, elle était plus élevée pour le fumier (33 % de l’azote organique total initial) que pour le DS (24 %) et le DSG (−16 %). Les rendements en biomasse étaient semblables pour le fumier et le DS, mais une minéralisation plus lente de l’azote organique et une récupération apparente plus lente de l’azote dans les sols amendés avec du DS pourraient limiter la capacité du DS à fournir de l’azote. Il serait peut être prudent d’appliquer le DS à des taux plus élevés que celui du fumier ou de l’enrichir avec un engrais azoté minéral afin d’assurer une disponibilité adéquate d’azote assimilable.

Date de modification :