Effect of Land Use on Soil Phosphorus Sorption-Desorption Under Intensive Agricultural Practices in Plastic-Film Greenhouses.

Yang, G.-R., Hao, X., Li, C.L., et Li, Y.-M. (2014). « Effect of Land Use on Soil Phosphorus Sorption-Desorption Under Intensive Agricultural Practices in Plastic-Film Greenhouses. », Pedosphere, 24(3), p. 367-377. doi : 10.1016/S1002-0160(14)60023-0  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Étant donné l’urbanisation rapide et la croissance économique de la Chine, la production traditionnelle de riz et de légumineuses y est de plus en plus remplacée par la production de légumes et de fleurs, ce qui pourrait avoir une incidence sur les propriétés du sol. Nous avons réalisé notre étude près de Kunming, dans la province du Yunnan, dans le sud-ouest de la Chine, afin d’examiner les effets des changements touchant l’utilisation des terres sur les processus de sorption et de désorption du phosphore (P) du sol et d’établir un lien entre les paramètres de sorption et de désorption du P et les propriétés du sol. Des échantillons de sol ont été prélevés à 0 – 20, 20 – 40, 40 – 60, 60 – 80 et 80 – 100 cm de profondeur, dans cinq sites représentant quatre types d’utilisation des terres : production de riz et de légumineuses par rotation des deux cultures sur un an (riz); production de légumes en plein champ (légumes); conversion récente (< 3 ans) d’une culture en plein champ à la production de légumes et de fleurs en serre de film plastique, dans deux sites (VFCS1 et VFCS2); conversion plus ancienne (> 10 ans) à la production de légumes et de fleurs en serre de film plastique (VFCL). Les changements d’utilisation des terres ont eu une incidence sur le pH du sol, sa conductivité électrique ainsi que les teneurs en N et en P assimilables et en carbone organique des couches superficielle et profonde du sol. À leur tour, les changements touchant les propriétés du sol ont influé sur sa capacité de sorption du P. La capacité maximale de sorption du P (Smax) variait selon le type d’utilisation des terres, la profondeur d’échantillonnage du sol et l’interaction entre les deux (P < 0,0001). Dans la couche superficielle du sol, les valeurs de la Smax ont été les suivantes, par ordre décroissant : riz (1 380 mg kg1) > VFCL (1 154 mg kg1) > VFCS2 (897 mg kg1) > VFCS1 (845 mg kg1) > légumes (747 mg kg1). Les valeurs de ce paramètre les plus faibles ont généralement été observées en surface (sauf pour le riz, à une profondeur de 80 – 100 cm) et augmentaient avec la profondeur. La quantité de P désorbée durant les huit extractions successives s’est établie entre 23 % et 44 % de la quantité de P sorbée et ne variait pas selon le type d’utilisation des terres ou la profondeur d’échantillonnage. Les baisses de Smax semblent indiquer que la capacité de sorption du P du sol avait diminué à la suite du passage de la culture de riz et de légumineuses à la culture plus intensive de légumes et de fleurs. Il faudrait donc faire preuve de prudence lorsqu’on applique des engrais phosphatés, afin de réduire les risques de lessivage et de ruissellement du P dans l’environnement.

Date de modification :