Antibiotics in Canadian poultry productions and anticipated alternatives.

Diarra, M.S. et Malouin, F. (2014). « Antibiotics in Canadian poultry productions and anticipated alternatives. », Frontiers in Microbiology, 5(Article 282), p. 1-15. doi : 10.3389/fmicb.2014.00282  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L’utilisation d’antibiotiques dans l’élevage des animaux destinés à l’alimentation a considérablement amélioré la santé de ces animaux en réduisant la mortalité et la morbidité. Les antibiotiques ont également grandement contribué à l’augmentation de la productivité des exploitations. Il faut toutefois réévaluer l’utilisation des antibiotiques en général et, en particulier, celle des antibiotiques non thérapeutiques (stimulateurs de croissance) dans les aliments pour animaux à cause des mécanismes de résistance aux antibiotiques qu’acquièrent et se transmettent les bactéries pathogènes pour les humains et les animaux. Au Canada, l’industrie de la volaille compte plus de 2600 éleveurs réglementés qui ont accès à plusieurs antibiotiques approuvés pour les aliments de la volaille. Les recettes et les mélanges d’aliments varient beaucoup d’une région à l’autre, ce qui ne facilite pas l’établissement de liens entre l’utilisation d’un antibiotique comme additif alimentaire et la production animale ou la sélection de bactéries résistantes d’une espèce déterminée. De nombreuses études faites dans des exploitations ont révélé la grande fréquence des bactéries antiborésistantes chez les poulets de chair. Même si certaines études ont associé la présence d’organismes résistants aux bactéries à l’utilisation d’aliments contenant des antibiotiques, aucune étude récente n’a démontré clairement les avantages des stimulateurs de croissance antimicrobiens sur la performance et la production animales. Avec les pratiques modernes de biosécurité et d’hygiène dont l’industrie de l’élevage dispose maintenant, il est normal qu’on s’interroge sur l’utilité de l’utilisation intensive de stimulateurs de croissance antimicrobiens dans les aliments des animaux. Les pressions et les préoccupations de la population au sujet de la salubrité des aliments et de la protection de l’environnement (résidus d’antibiotiques, pathogènes antibiorésistants) ont incité les scientifiques à rechercher des solutions de rechange aux antibiotiques. Certaines de ces solutions comprennent l’utilisation de prébiotiques et de probiotiques, d’acides organiques et d’huiles essentielles. Nous décrivons, ici, les propriétés de quelques molécules bioactives, comme celles que l’on trouve dans la canneberge et qui ont des activités antibactériennes et immunostimulatrices.

Date de modification :