The impact of Fusarium avenaceum on lupin production on the Canadian prairies.

Hwang, S.F., Chang, K.F., Strelkov, S.E., Gossen, B.D., et Howard, R.J. (2014). « The impact of Fusarium avenaceum on lupin production on the Canadian prairies. », Canadian Journal of Plant Pathology, 36(3), p. 291-299. doi : 10.1080/07060661.2014.925507  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le lupin à feuilles étroites pourrait devenir une légumineuse importante à cultiver sur les Praires canadiennes à cause de sa forte teneur en protéines et de sa facilité d’acclimatation. Toutefois, dans cette région, sa culture est limitée par la fonte des semis et le pourridié causés par Fusarium avenaceum, un agent pathogène fongique endémique qui réduit le taux d’établissement des semis et le rendement de la culture. Cet agent pathogène s’attaque à une grande variété de plantes cultivées et sauvages de la région. Il varie sur le plan de la morphologie de la colonie, sur celui de l’agressivité des isolats individuels à l’égard de différentes cultures ainsi que sur le plan de la constitution génétique. Toutefois, il est possible de trouver des isolats semblables génétiquement et phénotypiquement sur une vaste aire de répartition géographique, et d’autres, différents, peuvent partager un même champ. Malgré cette diversité, la phase de reproduction sexuée n’a été que rarement observée dans la nature. Les effets nuisibles de l’agent pathogène peuvent être atténués en optimisant la profondeur des semis. Les températures optimales pour la croissance des plantes tendent également à inhiber l’action de l’agent pathogène, mais peu d’études montrent une relation constante entre la date des semis et les dommages causés par l’agent pathogène. On a montré que les traitements fongiques des semences ont engendré une réduction de l’incidence de la fonte des semis. Bien qu’il y existe une certaine variation en ce qui a trait à la résistance à l’agent pathogène, aucun cultivar entièrement résistant correspondant aux conditions prévalant sur les Prairies canadiennes n’a été trouvé. Le développement de stratégies de gestion visant à atténuer les effets de la fonte des semis et du pourridié causés par le Fusarium chez le lupin fera de cette culture une option beaucoup plus attrayante pour les producteurs de l’Ouest canadien.

Date de modification :