Variation génétique des isolats de Rhizoctonia solani venant du canola cultivé en Alberta (Canada).

Zhou, Q-X., Hwang, S.F., Fu, H., Strelkov, S.E., et Gossen, B.D. (2014). « Variation génétique des isolats de Rhizoctonia solani venant du canola cultivé en Alberta (Canada). », Canadian Journal of Plant Science, 94(4), p. 671-681. doi : 10.4141/cjps2012-114  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La fonte des semis et le piétin causés par Rhizoctonia solani entraînent souvent une grave réduction des peuplements de canola (Brassica napus), important oléagineux cultivé au Canada. De 2009 à 2011, les auteurs ont recueilli 98 isolats de R. solani dans le centre de l'Alberta, puis en ont analysé l'agressivité, les groupes d'anastomose et la variation génétique. Soixante-seize isolats (78%) appartenaient au groupe AG2-1, trois (3%) au groupe AG2-2, un (1%) au groupe AG4 et un (1%) au groupe AG8, le groupe d'anastomose de 17 autres (17%) n'ayant pu être déterminé. Les isolats AG2-1 s'attaquaient plus au canola que ceux des autres groupes. On a évalué la variation génétique des 98 isolats par analyse des séquences des espaceurs transcrits internes (ITS) de l'ADN ribosomique et des marqueurs ISSR (inter-simple sequence repeat). Quand on utilise le logiciel PAUP, les isolats forment quatre groupes selon les séquences ITS voisines ou leur arborescence; le programme POPGENE donne lui aussi quatre groupes d'après les marqueurs ISSR. Les isolats qui composent le groupe A dans les deux approches sont semblables et attaquent peu les plantules de canola. Bien que leur identité diffère, dans les deux analyses, les groupes B et C incluent la plupart des isolats AG2-1, lesquels s'avèrent très agressifs pour les plantules de canola. Les isolats dont le groupe d'anastomose n'avait pu être établi et ceux classés AG4, AG8 ou AG2-2 se retrouvent aussi dans les groupes B et C, mais se révèlent généralement moins agressifs que les isolats AG2-1. Enfin, le groupe D ne comprenait que trois isolats dans les deux analyses, mais leur identité différait également. Ces résultats indiquent qu'il n'existe aucune association entre les groupes établis au moyen des deux approches moléculaires.

Date de modification :