Crop residue affects Rhizoctonia solani population dynamics and seedling blight of canola.

Ahmed, H.U., Hwang, S.F., Turnbull, G.D., Strelkov, S.E., et Gossen, B.D. (2014). « Crop residue affects Rhizoctonia solani population dynamics and seedling blight of canola. », Plant Pathology, 13(1), p. 50-55. doi : 10.3923/ppj.2014.50.55  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La fonte des semis causée par le Rhizoctonia solani Kühn réduit considérablement le taux d’établissement des peuplements et le rendement grainier dans les cultures de canola (Brassica napus L.) de l’ouest du Canada. Nous avons examiné les effets des résidus de culture sur les populations de R. solani du sol et sur la fonte des semis chez le canola dans le cadre d’expériences menées au champ, en serre et en laboratoire. Nous avons établi des parcelles principales correspondant à des zones où nous avons inoculé le R. solani et à des zones non traitées, avec des sous-parcelles comportant respectivement des résidus d’orge, de canola, d’avoine et de pois de grande culture. Avant l’ensemencement du canola, nous avons prélevé des échantillons de sol dans chaque sous-parcelle afin de les analyser au moyen d’une épreuve biologique réalisée en serre et d’un essai en laboratoire portant sur les populations de R. solani. L’effet des résidus de culture ne s’est pas avéré significatif. Dans le cas du traitement avec inoculation du R. solani, le rendement a été systématiquement plus élevé lorsque le canola était cultivé sur des résidus d’orge plutôt que sur des résidus de canola au cours des essais réalisés sur une période de deux ans; les résidus d’avoine et de pois ont toutefois contribué à une amélioration du rendement. Dans le cas du traitement sans inoculation, le rendement du canola a été maximal lorsque le canola était cultivé sur des résidus d’orge, il a été intermédiaire sur des résidus d’avoine et de pois, et a atteint son plus bas niveau sur des résidus de canola au cours du premier essai. Au cours du deuxième essai, un rendement supérieur a été obtenu avec les résidus d’orge et d’avoine. Dans le cadre de l’épreuve biologique réalisée en serre, le taux de levée des plantules a été plus élevé, tandis que la fonte des semis et la pourriture des racines ont été moins graves lorsque le canola était cultivé sur des résidus d’orge ou d’avoine plutôt que sur des résidus de canola ou de pois, pour les traitements avec ou sans inoculation. Les populations de Rhizoctonia étaient moins importantes après la culture d’orge ou d’avoine qu’après la culture de canola ou de pois. La rotation des cultures et l’incorporation de résidus d’orge ou d’avoine entre les cultures de canola pourraient constituer une stratégie efficace contre la fonte des semis chez le canola.

Date de modification :