Dissipation and persistence of major herbicides applied in transgenic and non-transgenic canola production in Quebec.

Syan, H.S., Prasher, S.O., Pageau, D., et Singh, J. (2014). « Dissipation and persistence of major herbicides applied in transgenic and non-transgenic canola production in Quebec. », European Journal of Soil Biology, 63, p. 21-27. doi : 10.1016/j.ejsobi.2014.04.003  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Au Canada, le canola est la deuxième plante oléagineuse en importance après le soja. Plus de 99 % du canola cultivé au pays est constitué de variétés résistantes aux herbicides. L’expansion de la culture de variétés de canola résistantes aux herbicides a entraîné une augmentation de l’utilisation de certains herbicides, dont les répercussions sur l’environnement soulèvent de plus en plus de préoccupations. Notre étude a porté sur la dissipation et le transport dans le sol des herbicides à base de glyphosate et de glufosinate utilisés pour la production de canola transgénique, comparativement à l’herbicide à base de trifluraline utilisé pour la production de canola non transgénique. Des variétés commerciales de canola transgénique résistantes aux herbicides et une variété classique de canola ont été cultivées selon un plan expérimental en blocs aléatoires complets. Les parcelles contenant des cultivars Roundup Ready et Liberty Link ont été traitées au moyen de glyphosate et de glufosinate, respectivement, au stade de 2 – 3 feuilles et au stade de la rosette dans chaque répétition. Dans les parcelles de canola classique, de la trifluraline a été incorporée au sol un jour avant l’ensemencement. Des échantillons de sol ont été prélevés à deux profondeurs, soit entre 0 et 0,15 m et entre 0,15 et 0,30 m, à différents intervalles (1, 7 et 20 jours) après l’application de l’herbicide. Nous avons analysé les échantillons de sol par chromatographie liquide à haute performance (CLHP) afin de déterminer les quantités résiduelles d’herbicide dans le sol. Selon les résultats obtenus, le glufosinate est l’herbicide le moins persistant, le plus persistant étant la trifluraline (trifluraline > glyphosate > glufosinate). La trifluraline a été trouvée dans la couche la plus profonde (0,15 – 0,30 cm) 7 jours et 20 jours après son application et a présenté des concentrations résiduelles plus élevées que les herbicides utilisés pour les variétés résistantes aux herbicides.

Date de modification :