Interstitial concentrations of carbon dioxide and oxygen in stored canola, soybean, and wheat seeds under various conditions.

Jian, F., Chelladurai, V., Jayas, D.S., Demianyk, C.J., et White, N.D.G. (2014). « Interstitial concentrations of carbon dioxide and oxygen in stored canola, soybean, and wheat seeds under various conditions. », Journal of Stored Products Research, 57, p. 63-72. doi : 10.1016/j.jspr.2013.12.002  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

En vue de déterminer l’activité respiratoire de la microflore qui infecte le canola, le soja et le blé entreposés, nous avons mesuré les concentrations de CO2 et d’O2 dans l’espace interstitiel. Nous avons entreposé des produits de teneurs en eau diverses dans des contenants hermétiques, durant différentes périodes de temps (1, 3 ou 5 jours) et à différentes températures (10, 15, 23, 25, 30, 35 et 40 °C). Les teneurs en eau (pourcentage du poids humide) évaluées étaient de 8,0 %, 10,0 %, 12,0 %, 13,6 % et 14,0 % dans le cas des graines de canola entières et des graines de canola moulues, de 23,0 % dans le cas des graines de soja et de 20,3 % dans le cas des grains de blé. Nous avons observé des différences significatives entre les concentrations de CO2 mesurées après 1 journée et celles mesurées après les autres périodes d’entreposage, sauf à 40 °C. Dans le cas du canola, pour les mêmes conditions et une même teneur en eau, les concentrations en CO2 mesurées variaient d’une répétition à l’autre aux températures de 10 et 40 °C, ce qui n’était pas le cas aux températures de 23 et 30 °C. Par rapport à la respiration de la microflore, la respiration du canola était négligeable. Nous n’avons pas observé de différence significative entre les différentes espèces entreposées quant à la concentration de CO2 produite par la microflore à 35 °C, alors que nous avons observé des différences significatives à 15 et à 25 °C. Le quotient de respiration était supérieur à 1 dans le cas de presque toutes les combinaisons de conditions, à quelques exceptions près. La somme des concentrations de CO2 et d’O2 se rapprochait de 21 % ou 22 % dans le cas de la plupart des durées d’entreposage et de toutes les espèces entreposées; nous avons observé une forte relation positive entre cette somme et le quotient de respiration. Cette somme pourrait donc être utilisée pour déterminer si les produits entreposés présentent des zones où il y a contamination et où la teneur en humidité est élevée.

Date de modification :