An Inexpensive Feeding Bioassay Technique for Stored-Product Insects.

Clark, E.L., Isitt, R., Plettner, E., Fields, P.G., et Huber, D. (2014). « An Inexpensive Feeding Bioassay Technique for Stored-Product Insects. », Journal of Economic Entomology, 107(1), p. 455-461. doi : 10.1603/EC13283  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Nous avons utilisé des triboliums rouges de la farine (Tribolium castaneum Herbst) (Coléoptères : Ténébrionidés) pour comparer l’efficacité de trois techniques de bioessais d’alimentation utilisant des disques de farine. Nous avons déterminé quotidiennement la superficie (déterminée à l’aide d’un scanneur ou de photographies numériques) et la masse (mesurée à l’aide d’une balance sensible) de ces mêmes disques de farine pendant 1 ou 2 semaines afin d’évaluer l’alimentation des triboliums. Nous avons jugé utile de mesurer la réduction de la masse et de la superficie des disques sur une période de 4 h après avoir observé une fluctuation dans le temps de ces variables même lorsqu’aucun insecte ne s’alimentait. Nous avons relevé une bonne corrélation dans le cas de la méthode gravimétrique avec les deux mesures de la superficie des disques gardés dans une chambre de croissance : scanneur (R{sup}2{/sup} = 0,96), photographies numériques (R{sup}2{/sup} = 0,96). Nous avons également noté une bonne corrélation (R{sup}2{/sup} = 0,86) entre le poids et la superficie des disques scannés en présence de conditions normales en laboratoire. Des différences ont été relevées dans l’estimation du pourcentage restant des disques selon la température et selon que ce pourcentage était estimé par numérisation ou par mesure de la masse. Les estimations du pourcentage restant des disques obtenues par mesure de la masse étaient légèrement plus élevées que les estimations obtenues par mesure de la superficie à l’aide d’un scanneur. Pour mesurer la masse, il faut disposer d’une balance sensible et manipuler les insectes et les disques, et cette technique semble légèrement plus sensible aux fluctuations d’humidité et de température dans le temps. Le balayage des disques nécessite l’accès à un scanneur à plat mais est moins contraignante en ce qui a trait à la manipulation des insectes et des disques. La prise de photographies numériques est rapide et exige moins d’équipement, mais il faut ensuite soumettre les photographies à un traitement aux fins de la détermination de la superficie. L’estimation des superficies restantes à l’aide d’un scanneur ou de photographies numériques s’est révélée une technique efficace pour mesurer l’alimentation des insectes.

Date de modification :