Can plants serve as a vector for prions causing Chronic Wasting Disease?

Rasmussen, J.B., Gilroyed, B.H., Reuter, T.R., Dudas, S., Neumann, N.F., Balachandran, A., Kav, N.N.V., Graham, C., Czub, S., et McAllister, T.A. (2014). « Can plants serve as a vector for prions causing Chronic Wasting Disease? », prion, 7(52), p. 136-142. doi : 10.4161/pri.27963  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les prions, agents responsables de la maladie débilitante chronique (MDC), entrent dans l’environnement par le biais de l’excrétion des liquides biologiques et de la décomposition des carcasses, ce qui pose un risque de maladie en raison de la persistance des prions dans l’environnement. Les plantes peuvent absorber de grosses particules organiques, y compris des protéines entières et des microbes. Dans la présente étude, nous avons utilisé du blé (Triticum aestivum L.) pour examiner l’absorption des prions infectieux de la MDC par les racines et leur transport dans les tissus aériens. Les racines de plants de blé intacts ont été exposées 24 heures à des prions infectieux (PrP{SUP}TSE{/SUP}) dans le cadre de trois études répétées avec des extraits de protéines contenant la PrP{SUP}TSE{/SUP} détectée par transfert de Western et par des tests diagnostics d’IDEXX et de Bio‑Rad. La protéine prion recombinante (PrP{SUP}C{/SUP}) s’est liée aux racines, mais n’a pas été détectée dans la tige ou les feuilles. Les prions de la MDC digérés par la protéase (PrP{SUP}TSE{/SUP}) dans l’homogénat de tissu cérébral de wapitis a présenté une interaction avec le tissu des racines, mais ils n’ont pas été détectés dans la tige. Ces observations donnent à penser que le blé n’a pu transporter suffisamment de protéines PrP{SUP}TSE{/SUP} des racines vers la tige pour que cette protéine soit détectable par les méthodes employées. Les PrP{SUP}TSE{/SUP} non digérées n’ont pas été associées aux racines. Cette étude porte à croire que si les prions sont transportés des racines vers les tiges, ils le sont dans des quantités inférieures aux quantités détectables par transfert de Western ou par les trousses diagnostiques d’IDEXX et de Bio‑Rad.

Date de modification :