Up to 32 % yield increase with uniform canola stands in western Canada.

Yang, C., Gan, Y.T., Harker, K.N., Kutcher, H.R., Gulden, R.H., Irvine, R.B., May, W.E., et O'Donovan, J.T. (2014). « Up to 32 % yield increase with uniform canola stands in western Canada. », Agronomy for Sustainable Development , 34(4), p. 793-801. doi : 10.1007/s13593-014-0218-5  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le canola de l’espèce Brassica napus L. est une culture de première importance sur le plan économique dans de nombreuses régions du monde. Or, le rendement grainier du canola est souvent limité par un taux médiocre d’établissement des semis, et il s’agit d’un grave problème dans les régions à saison courte telles que l’Ouest canadien, où les cultures ont peu de marge de manœuvre pour s’adapter et compenser les pertes de rendement dues à un établissement médiocre ou irrégulier des semis. On ne connaît pas l’effet de la répartition spatiale du peuplement sur le rendement grainier du canola. Nous avons donc étudié les effets de l’uniformité du peuplement sur la fructification, la grenaison et le rendement du canola, au moyen d’expériences menées au champ selon 16 combinaisons d’année et de localité, choisies de manière à assurer une représentation des diverses zones édaphoclimatiques des Prairies canadiennes. Dans le cas de chaque combinaison d’année et de localité, nous avons semé le canola InVigor® 5440, cultivar hybride résistant au glufosinate, à raison de 100, 80, 60, 40 et 20 semis par mètre carré, en peuplement uniforme ou irrégulier. Nous avons ainsi constaté que les peuplements spatialement uniformes permettaient d’accroître le rendement de jusqu’à 32 % dans les localités à faible rendement et de jusqu’à 20 % dans les localités à rendement élevé, par rapport aux peuplements irréguliers. Ce gain était principalement dû à un accroissement du nombre de siliques fertiles, et il était particulièrement prononcé dans le cas des densités inférieures à 60 semis par mètre carré. Par ailleurs, le rendement grainier du canola dépendait en grande partie de son taux de survie au cours du très chaud été et dépendait moins du taux de levée des semis. Nous en concluons qu’on peut accroître le rendement du canola en améliorant l’uniformité de la répartition spatiale des semis, quelles que soient les conditions de l’environnement.

Date de modification :