Molecular and phenotypic characterization of seedling and partial leaf rust resistance in a world wheat collection.

Dakouri, A., McCallum, B.D., Radovanovic, N., et Cloutier, S. (2013). « Molecular and phenotypic characterization of seedling and partial leaf rust resistance in a world wheat collection. », Molecular Breeding, 32(3), p. 663-677. doi : 10.1007/s11032-013-9899-8  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La résistance génétique constitue le moyen de lutte le plus efficace contre la rouille des feuilles chez le blé. Notre objectif était de caractériser la résistance à la rouille des feuilles au stade de plantule et en phase adulte dans une collection d’obtentions de blé provenant du monde entier. Après avoir procédé à l’inoculation contrôlée de dix races de Puccinia triticina, nous avons établi ou supposé la présence de 14 gènes de résistance au stade de plantule dans la collection. Lr1, Lr3, Lr10 et Lr20 étaient les gènes prédominants à l’échelle mondiale, tandis que Lr9, Lr14b, Lr3ka et/ou Lr30 et Lr26 étaient rares. Pour confirmer certains postulats, nous avons soumis la collection à un dépistage au moyen de marqueurs moléculaires propres aux gènes Lr1, Lr10, Lr21 et Lr34. Bien que possédant le marqueur propre au(x) gène(s) Lr1 et/ou Lr10, 51 obtentions ont présenté des types d’infection plus graves que prévu à la race BBBD du P. triticina. La collection a été mise à l’essai au champ afin de mesurer le degré de résistance à la rouille, qui a varié entre une quasi­immunité ou une grande résistance (taux de gravité de 1 % et résistance de l’hôte) et une grande sensibilité (taux gravité de 84 % et sensibilité de l’hôte). La plupart des obtentions possédant le gène de résistance en phase adulte Lr34 présentaient un taux maximum de gravité de la maladie de 0 à 35 %, soit un résultat semblable ou supérieur au résultat noté pour l’obtention RL6058, qui est une lignée quasi isogénique Thatcher-Lr34. Bon nombre d’obtentions cultivées au champ se sont avérées immunes ou très résistantes à la maladie, probablement en raison d’une synergie entre les gènes de résistance au stade adulte, ou entre les gènes de résistance en phase adulte et les gènes de résistance au stade de plantule. Les obtentions possédant trois gènes de résistance au stade de plantule ou plus ont toutefois présenté un taux de gravité moindre que les obtentions en possédant deux ou moins. Les obtentions immunes ou très résistantes pourraient être utilisées pour améliorer la résistance à la rouille des feuilles. De plus, nous avons supposé que cert

Date de modification :