Nitrogen budgets following land application of composted or stockpiled feedlot manure containing wood-chips or straw bedding to barley silage for 12 years.

Miller, J.J., Beasley, B.W., Drury, C.F., Larney, F.J., et Hao, X. (2014). « Nitrogen budgets following land application of composted or stockpiled feedlot manure containing wood-chips or straw bedding to barley silage for 12 years. », Compost Science & Utilization, 22(2), p. 57-67. doi : 10.1080/1065657X.2014.895453  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L’épandage sur les terres cultivées de fumier composté (FC) de porc d’engraissement plutôt que de fumier en tas (FT), à des taux d’application croissants, ou l’utilisation de litière de copeaux de bois (BO) plutôt que de paille (PA) peuvent influer sur le bilan d’azote (N) et occasionner un surplus de cet élément. Cela pourrait causer des pertes environnementales d’azote dans l’atmosphère, les eaux de surface ou les eaux souterraines. Nous avons déterminé l’influence du type de fumier, du matériau composant la litière et du taux d’application (13, 39 et 77 Mg ha1, poids sec) sur les pertes et les apports cumulatifs d’azote et sur le bilan d’azote (système hors sol) lors d’une expérience de terrain menée à long terme (depuis 1998) où du fumier a été épandu à maintes reprises durant 2, 7 ou 12 ans. Les apports annuels d’azote pris en compte concernaient l’azote des amendements organiques ou de l’engrais inorganique (IN), ainsi que l’azote de l’eau d’irrigation. Les pertes annuelles d’azote prises en compte concernaient l’azote prélevé par les cultures, la volatilisation du NH3 et les pertes gazeuses de N2O. Après 12 applications, des déficits cumulatifs d’azote se sont produits dans le cas du traitement témoin sans amendement (− 1140 kg N ha1) et du traitement à l’engrais inorganique (−678 kg N ha1), et nous avons trouvé des surplus cumulatifs d’azote dans le cas des amendements organiques (689 à 12 200 kg N ha1). Le type de fumier, la litière et le taux d’application ont influencé le bilan d’azote au cours des trois périodes, mais leurs effets mettaient souvent en cause des interactions bidirectionnelles ou tridirectionnelles. Le bilan d’azote après 7 ou 12 applications était significativement moins élevé dans le cas des traitements FC‑BO que dans le cas des traitements FC‑PA, FT‑PA et FT‑BO aux taux de 39 et 77 Mg ha1, ce qui laisse croire que le fumier composté avec des copeaux de bois pourrait servir à réduire les surplus cumulatifs d’azote à ces deux taux plus élevés, à plus long terme.

Date de modification :