Mitochondria as promising targets for nutritional interventions aiming to improve performance and longevity of sows.

Lapointe, J. (2014). « Mitochondria as promising targets for nutritional interventions aiming to improve performance and longevity of sows. », Journal of Animal Physiology and Animal Nutrition, 98(5), p. 809-821. doi : 10.1111/jpn.12160  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Au cours de la dernière décennie, la grosseur moyenne des portées des truies a significativement augmenté, en raison de la sélection génétique et des modifications apportées à la gestion des porcheries. Ce succès récent n’est toutefois pas associé à une meilleure longévité ou à une diminution du taux de remplacement. La longévité des truies et leur production tout au long de la vie dépendent de la combinaison de facteurs environnementaux et génétiques. L’alimentation est un facteur environnemental important, et nous savons depuis longtemps que la performance des animaux d’élevage peut varier selon la ration qu’ils reçoivent. Avec les avancées de la science moderne, nous savons maintenant que cette variation est partiellement due à la capacité des éléments nutritifs à agir comme molécules de signalisation qui, par l’intermédiaire de mécanismes intracellulaires de captation appropriés, peuvent réguler l’expression des gènes et moduler les fonctions cellulaires. C’est d’après ce concept que la nutrigénomique cherche à démontrer que si certains éléments nutritifs sont essentiels à la santé générale, des quantités précises d’éléments nutritifs particuliers sont nécessaires durant les périodes de déficit énergétique et de stress oxydatif, comme la gestation et la lactation, pour assurer la productivité à long terme. Les molécules toxiques à l’origine du stress oxydatif, les radicaux libres, sont principalement générées comme sous-produits normaux de la production aérobie d’énergie par les mitochondries. Les mitochondries sont des organites cellulaires dynamiques reconnus comme le principal système de production d’énergie. Ainsi, lorsque la demande métabolique est élevée, comme c’est le cas chez les truies hyperprolifiques, les mitochondries sont fortement sollicitées pour répondre aux besoins énergétiques, et des quantités considérables de radicaux libres sont produites. Il faut donc des conditions optimales, en termes de protection antioxydante et de disponibilité de substrats métaboliques, pour soutenir la fonction mitochondriale chez ces animaux. Nous expliquons, dans cet article, comment la performance et la longévité des truies sont liées à la fonction mitochondriale ainsi qu’au stress oxydatif. Nous passons aussi en revue les principaux éléments nutritifs naturels connus pour leurs propriétés antioxydantes et/ou énergétiques qui pourraient avoir un effet sur les mitochondries et qui ont probablement amélioré la productivité des truies.

Date de modification :