Investigation of the population structure of the tick vector of Lyme disease Ixodes scapularis (Acari: Ixodidae) in Canada using mitochondrial Cytochrome C Oxidase subunit I gene sequences.

Mechai, S., Feil, E.J., Gariepy, T.D., Gregory, T.R., Lindsay, L.R., Millien, V., et Ogden, N. (2013). « Investigation of the population structure of the tick vector of Lyme disease Ixodes scapularis (Acari: Ixodidae) in Canada using mitochondrial Cytochrome C Oxidase subunit I gene sequences. », Journal of Medical Entomology, 50(3), p. 560-570. doi : 10.1603/ME12178  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le génotypage de tiques Ixodes scapularis Say (Acari: Ixodidae) pourrait nous aider à amasser de précieuses informations sur la fréquence et les génotypes des pathogènes transmis par cette espèce de tique. Nous avons évalué l’utilité des séquences du gène mitochondrial de la sous-unité I de la cytochrome c oxydase (cox1) pour l’étude de la structure des populations du I. scapularis présentes au Canada. Nous avons également tenté de déterminer la répartition spatiale des différents haplotypes de la cox1 à l’échelle du pays. Les séquences obtenues de 414 tiques ont permis de déterminer 55 haplotypes répartis, pour la majorité, entre six clades. Selon les analyses démographiques, la diversité haplotypique et nucléotidique des séquences de la cox1 serait comparable à celle d’autres gènes mitochondriaux. Tous les haplotypes étaient inclus dans un même arbre couvrant de poids minimal. Même si les valeurs de l’indice de fixation étaient faibles, des différences significatives dans la fréquence des haplotypes de clades différents ont été relevées entre quatre régions : 1) Alberta jusqu’à l’ouest de l’Ontario; 2) est de l’Ontario; 3) Québec; 4) provinces de l’Atlantique. Ces différences donnent à croire que l’analyse des séquences de la cox1 pourrait faire ressortir des différences dans la structure des populations d’I. scapularis habitant des régions séparées dans le nord-est et le centre-ouest de l’Amérique du Nord. Les grappes spatiales de tiques du même haplotype identifiées dans des régions du sud du Québec et de l’Ontario nouvellement colonisées par la tique concordent avec les goulots d’étranglement des populations liés à l’effet fondateur. Nos résultats semblent indiquer que les séquences de la cox1 peuvent être utilisées à profit pour étudier la structure des populations de l’I. scapularis et explorer les différences entre les populations du nord-est et du centre-ouest de l’Amérique du Nord et qu’elles présentent une diversité suffisante pour qu’on puisse effectuer des analyses spatiales des haplotypes dans le but de déterminer les régions nouvellement colonisées ou en voie de colonisation par l’I. scapularis dans le sud du Canada.

Date de modification :