An invasive stink bug as an evolutionary trap for an indigenous egg parasitoid.

Abram, P.K., Gariepy, T.D., Boivin, G., et Brodeur, J. (2014). « An invasive stink bug as an evolutionary trap for an indigenous egg parasitoid. », Biological Invasions, 16(7), p. 1387-1395. doi : 10.1007/s10530-013-0576-y  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les espèces exotiques envahissantes peuvent agir comme des pièges évolutifs pour les parasitoïdes et prédateurs indigènes lorsqu’elles sont acceptées comme proies ou comme hôtes bien qu’elles soient inconsommables ou ne permettent pas le développement du parasitoïde. Nous avons testé et comparé la relation entre l’acceptation et la qualité des œufs de la punaise exotique envahissante Halyomorpha halys (Hemiptera : Pentatomidae) et de ceux de la punaise indigène Podisus maculiventris (Pentatomidae) pour le parasitoïde généraliste indigène des œufs Telenomus podisi (Hymenoptera : Scelionidae) en Amérique du Nord. Le taux d’acceptation des œufs de l’H. halys âgés de 0 à 24 h était comparable à celui des œufs du P. maculiventris (87,5 ± 6,0 et 70,2 ± 9,1 %, respectivement). Le T. podisi a bouclé son développement avec succès dans 98,3 % des œufs de P. maculiventris attaqués mais dans aucun des œufs de l’H. halys attaqués. Chez l’H. halys, la ponte par le T. podisi a toutefois réduit le succès de développement des embryons de 24,1 % dans les œufs âgés de 0 à 24 h et de 29,6 % dans les œufs âgés de 24 à 48 h par rapport à celui des embryons témoins non attaqués. Nous croyons qu’en se propageant et en devenant de plus en plus abondant, l’H. halys pourrait jouer le rôle d’un piège évolutif pour les parasitoïdes des œufs indigènes et, indirectement, favoriser une hausse des populations des Pentatomidae indigènes. Cet effet indirect pressenti résulterait du rôle de puits joué par les œufs de l’H. halys pour le T. podisi. Nous introduisons également le concept de puits temporel, qui nous paraît particulièrement pertinent dans le cas de parasitoïdes tels que le T. podisi qui consacrent beaucoup de temps à protéger leur investissement reproducteur.

Date de modification :