Characterization of populations of turf-type perennial ryegrass recurrently selected for superior freezing tolerance.

Iraba, A., Castonguay, Y., Bertrand, A., Floyd, D.J., Cloutier, J., et Belzile, F.J. (2013). « Characterization of populations of turf-type perennial ryegrass recurrently selected for superior freezing tolerance. », Crop Science, 53, p. 2225-2238. doi : 10.2135/cropsci2013.02.0100  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le ray-grass anglais (Lolium perenne L.) est une importante espèce gazonnante utilisée pour l’aménagement des pelouses, des terrains de sport et des espaces pour activités récréatives. Toutefois, sa faible tolérance aux températures inférieures au point de congélation nuit à sa survie dans les régions nordiques. Dans le cadre de travaux réalisés entièrement à l’intérieur, nous avons soumis à une sélection récurrente deux matériels génétiques initiaux, en vue d’obtenir des populations à tolérance accrue au gel (populations TG). La présente étude visait à évaluer les réponses physiologiques et moléculaires après quatre cycles de sélection (TG1–TG4). Nous avons surveillé la tolérance au gel et les métabolites induits par le froid chez des sujets acclimatés aux basses températures durant l’automne et l’hiver, dans une serre non chauffée. La sélection récurrente a permis d’améliorer la tolérance au gel, exprimée en termes de température létale pour 50 % des sujets (LT50), ainsi que la vigueur de la repousse après le gel. Chez les sujets acclimatés au froid, la sélection a entraîné une modification considérable des concentrations totales et individuelles de glucides (fructanes) et d’acides aminés (glutamine et proline) produits au niveau du collet en réaction au froid. Ces deux groupes de métabolites ont présenté des réponses inverses à la sélection. Nous avons observé des polymorphismes de l’ADN et une différenciation génétique progressive entre les populations initiales et les populations issues d’un cycle avancé de sélection, ce qui laisse croire que la sélection avait eu des effets sur la composition allélique. Les populations de ray-grass anglais issues de la sélection récurrente présentaient des compositions moléculaire et génétique modifiées qui leur conféraient une tolérance accrue au gel.

Date de modification :