Extreme differences in population structure and genetic diversity for three invasive congeners: knotweeds in western North America.

Gaskin, J.F., Schwarzländer, M., Grevstad, F., Haverhals, M.A., Bourchier, R.S., et Miller, T.W. (2014). « Extreme differences in population structure and genetic diversity for three invasive congeners: knotweeds in western North America. », Biological Invasions, 16(10), p. 2127-2136. doi : 10.1007/s10530-014-0652-y  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La renouée du Japon, la renouée de Sakhaline et la renouée de Bohème (Fallopia japonica, F. sachalinensis et F. × bohemica) ont envahi l’ouest des États­Unis et du Canada ainsi que d’autres régions du monde. Or, la répartition de ces taxons dans l’ouest de l’Amérique du Nord et leur mode d’invasion sont relativement mal connus. En nous fondant sur le polymorphisme de longueur de fragments amplifiés (AFLP) de 858 sujets provenant de 131 populations réparties depuis la Colombie­Britannique jusqu’en Californie et au Dakota du Sud, nous avons déterminé que la renouée de Bohème était le taxon le plus commun (71 % de tous les sujets). Ce résultat s’oppose à ceux d’études antérieures, selon lesquelles le F. × bohemica serait peu commun, voire absent aux États­Unis, ainsi qu’à l’état de l’invasion observée en Europe, où l’espèce est plus rare. La renouée du Japon s’est révélée monotypique, tandis que la renouée de Sakhaline et la renouée de Bohème sont diversifiées sur le plan génétique. Nos données génétiques portent à croire que la renouée du Japon se reproduit exclusivement par voie végétative dans l’ouest de l’Amérique du Nord. La plupart des populations de renouée de Sakhaline sont monotypiques, mais renferment des génotypes distincts, ce qui indiquerait que l’espèce se multiplie par voie végétative à l’échelle locale, alors que la renouée de Bohème se multiplie à la fois par graines et par voie végétative, localement et sur de grandes distances. La grande abondance relative et la diversité génétique de la renouée de Bohème rendent prioritaire la lutte contre cette espèce en Amérique du Nord.

Date de modification :