Diclidophlebia smithi (Hemiptera: Psyllidae), a potential biocontrol agent for Miconia calvescens in the Pacific: Population dynamics, climate-match, host-specificity, host-damage and natural enemies.

de Morais, E.G.F., Picanço, M.C., Lopes-Mattos, K.L.B., Bourchier, R.S., Meira, R.M.S.A., et Barreto, R.W. (2013). « Diclidophlebia smithi (Hemiptera: Psyllidae), a potential biocontrol agent for Miconia calvescens in the Pacific: Population dynamics, climate-match, host-specificity, host-damage and natural enemies. », Biological Control, 66(1), p. 33-40. doi : 10.1016/j.biocontrol.2013.03.008  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le Diclidophlebia smithi (Hemiptères: Psyllidés) a été proposé à titre d’agent de lutte biologique contre le Miconia calvescens (Mélastomatacées), un arbre néotropical considéré comme l’une des pires menaces pour les écosystèmes de forêts pluviales de plusieurs îles du Pacifique. Des populations du D. smithi surveillées durant trois ans à trois sites dans l’État de Minas Gerais, au Brésil, ont atteint leur abondance maximale durant la période plus fraîche et plus sèche de l’année, entre avril et juillet, la température de l’air étant le facteur le plus fortement corrélé (négativement) à la densité des populations. Une correspondance biologiquement significative des conditions climatiques (CMI = +0,7, selon le modèle de comparaison climatique CLIMEX) a été mis en évidence entre la région d’étude au Brésil et 3 de 9 stations météorologiques comprises dans les zones de lâcher potentielles à Hawaii. Ce résultat et l’importante variation des conditions climatiques sous lesquelles des populations du D. smithi ont été trouvées au Brésil donnent à croire que le D. smithi a de bonnes chances de s’établir dans au moins certaines régions d’Hawaii. Aucun prédateur, parasitoïde ou agent entomopathogène important ne semblent attaquer le D. smithi dans son aire de répartition d’origine. Aucune larve ni adulte de D. smithi n’a été trouvés sur les 102 espèces de plantes (58 familles) poussant à proximité des M. calvescens colonisés. Par contre, le D. smithi a rapidement colonisé des sujets sentinelles en pot du biotype hawaïen du M. calvescens durant une exposition expérimentale de six mois. Des essais sans choix menés en serre avec neuf espèces de Mélastomatacées ont également révélé que la gamme d’hôtes du D. smithi se limite au M. calvescens. Une étude des changements tissulaires induits chez l’hôte par le D. smithi a révélé que les attaques du feuillage entraînent un effondrement de l’épiderme, une désorganisation cellulaire et une dégénérescence du système vasculaire. Cette étude confirme que le D. smithi présente un potentiel intéressant à titre d’agent de lutte biologique contre le M. calvescens.

Date de modification :