Bioaccumulation of triclosan and triclocarban in plants grown in soils amended with municipal dewatered biosolids.

Prosser, R.S., Lissemore, L., Topp, E., et Sibley, P.K. (2014). « Bioaccumulation of triclosan and triclocarban in plants grown in soils amended with municipal dewatered biosolids. », Environmental Toxicology and Chemistry, 33(5), p. 975-984. doi : 10.1002/etc.2505  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les biosolides renferment généralement du triclosan (TCS) et du triclocarban (TCC), composés microbicides qui persistent durant le traitement des eaux usées et présentent une affinité de sorption avec la matière organique. Dans le cadre de la présente étude, nous avons évalué la concentration de TCS présente dans les tissus de radis, de carotte et de soja cultivés en pots, dans un sol fertilisé avec des biosolides. À la moitié du cycle vital, nous avons mesuré les concentrations de TCS des racines; les concentrations moyennes (en poids sec) les plus élevées étaient de 24,8  ng/g dans le cas du radis, de 49,8  ng/g dans le cas de la carotte et de 48,1  ng/g dans le cas du soja. À la fin de l’essai, ces concentrations avaient diminué et étaient respectivement de 2,1  ng/g, de 5,5  ng/g et de 8,4  ng/g. En outre, nous avons mesuré les concentrations de TCS des pousses; les concentrations moyennes (en poids sec) les plus élevées étaient de 33,7 ng/g au jour 19 mais de 5,5  ng/g au jour 34 dans le cas du radis, alors qu’elles étaient de 18,3  ng/g au jour 45 mais de 13,7  ng/g au jour 69 dans le cas de la carotte. Les concentrations de TCS des échantillons de graines de soja étaient inférieures à la limite de détection (2,8  ng/g en poids sec). En outre, nous avons étudié les concentrations de TCS et de TCC présentes dans les parties comestibles du poivron vert, de la carotte, du concombre, de la tomate, du radis et de la laitue, à partir de plantes cultivées dans un champ fertilisé avec des biosolides. Nous avons détecté le TCS seulement chez le concombre et le radis, à des concentrations maximales de 5,2  ng/g (en poids sec). Nous avons détecté le TCC chez la carotte, le poivron vert, la tomate et le concombre, à des concentrations maximales de 5,7  ng/g (en poids sec). Selon les résultats de la présente étude et d’autres études, les concentrations de TCS et de TCC des légumes consommés représenteraient moins de 0,5 % de la dose journalière acceptable. Ainsi, si on respecte les pratiques d’exploitation exemplaires adoptées en Ontario pour l’épandage des biosolides sur les terres, les parties comestibles des végétaux devraient demeurer une voie négligeable d’exposition humaine au TCS et au TCC.

Date de modification :