Relative effectiveness of organic and inorganic nutrient sources in improving yield, seed quality and nutrient uptake of canola.

Malhi, S.S., Vera, C.L., et Brandt, S.A. (2013). « Relative effectiveness of organic and inorganic nutrient sources in improving yield, seed quality and nutrient uptake of canola. », Agricultural Sciences, 4(12A), p. 1-18. doi : 10.4236/as.2013.412A001  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Pour maintenir une productivité élevée des cultures tout en conservant ou améliorant la qualité du sol et de l’environnement, il est important de bien utiliser les sources organiques et inorganiques d’éléments nutritifs. Au printemps 2009, nous avons établi des cultures expérimentales de canola dans un sol loameux de type luvisol gris (haplocryalf typique), à Star City, en Saskatchewan, au Canada, pour une étude de 4 années (2009 – 2012) visant à déterminer l’efficacité de divers amendements organiques (compost, cendre de bois fine, cendre de bois granulaire, granules de luzerne, drêche de distillerie, vinasse diluée, glycérol, additif nutritif à base de poisson, Penicillium bilaiae), de divers amendements minéraux (gypse granulé, S élémentaire à libération rapide [SELR], phosphate naturel fin, phosphate naturel granulaire) et de divers engrais chimiques synthétiques (nitrate d’ammonium granulaire, superphosphate triple, sulfate de potassium) pour améliorer le rendement en graines, le rendement en paille, la qualité des graines et le prélèvement d’éléments nutritifs (N, P, K et S) par les graines et la paille du canola. Les quatre années, l’application combinée de N, de P et de S sous forme d’engrais chimiques (NPS) a considérablement augmenté le rendement en graines (RG), le rendement en paille (RP) et le prélèvement d’éléments nutritifs (PEN) par rapport au traitement témoin sans amendement. Parmi les traitements constitués uniquement d’amendements organiques, c’est la vinasse diluée qui a donné le RG, le RP et le PEN les plus élevés, toutes les années, et ces résultats étaient semblables à ceux obtenus avec l’engrais NPS. Cependant, nous avons également obtenu un RG, un RP et un PEN significativement plus élevés avec l’additif à base de poisson et la drêche de distillerie de blé en 2009, 2011 et 2012, avec la drêche de distillerie de maïs en 2009 et 2012 ainsi qu’avec le compost et les granules de luzerne en 2011 et 2012, par rapport au traitement témoin. Dans le cas des traitements combinant engrais chimiques et amendements organiques, l’application d’un engrais N a substantiellement accru le RG, le RP et le PEN lorsque cet engrais était combiné à de la cendre de bois fine, en 2009, 2010, 2011 et 2012, à de la cendre de bois granulaire, en 2009, 2011 et 2012, ou à du glycérol, en 2009 et 2012 (augmentation modérée en 2012). Dans le cas des traitements aux engrais chimiques, il y a eu une réduction du RG, du RP et du PEN lorsque l’engrais N était le seul utilisé, par rapport au traitement témoin (différences significatives en 2010 et 2011). Dans le cas de l’application combinée de N et de P (NP), le RG, le RP et le PEN ont été comparables aux résultats obtenus avec l’application de N seulement, mais ils ont été réduits par rapport au traitement NPS, toutes les années. Dans le cas de l’application combinée de N et de S (NS), le RG, le RP et le PEN ont été comparables aux résultats obtenus avec le traitement NP mais demeuraient inférieurs à ceux obtenus avec le traitement NPS, en 2010 et 2011. Dans le cas des traitements comportant à la fois des amendements minéraux et des engrais chimiques, l’application d’engrais N + P a considérablement accru le RG, le RP et le PEN dans les parcelles également traitées au gypse et au SLER, les quatre années. Il semble donc que le gypse et le SLER pourraient servir à prévenir une carence en S dans les cultures biologiques sur sol pauvre en S, à condition que les autres éléments nutritifs soient présents dans le sol en quantité suffisante pour la croissance de la culture. Dans le cas de l’application d’engrais N et S en combinaison avec un amendement au phosphate naturel et/ou au Penicillium bilaiae, le RG, le RP et le PEN ont été semblables à ceux obtenus avec le traitement N + S dans la plupart des cas, sauf en 2011; cette année-là, l’application d’engrais N + S en combinaison avec du phosphate naturel finement moulu ou en poudre a donné un rendement et un PEN significativement plus élevés que l’application d’engrais N + S avec du phosphate naturel granulaire. Il semble donc que le phosphate naturel et/ou le Penicillium bilaiae ont peu contribué à améliorer le rendement et le prélèvement d’éléments nutritifs chez le canola, l’amélioration attribuable au phosphate naturel fin n’étant évidente que pour saison de culture 2011, après trois années successives de traitement, mais non en 2012. En conclusion, certains amendements organiques se sont révélés prometteurs pour améliorer la productivité des cultures biologiques et ont même permis d’obtenir, dans certains autres cas, les rendements et les prélèvements d’éléments nutritifs les plus élevés.

Date de modification :