Forage energy to protein ratio of several legume–grasscomplex mixtures.

Simili da Silva, M., Tremblay, G.F., Bélanger, G., Lajeunesse, J., Papadopoulos, Y.A., Fillmore, S.A.E., et Jobim, C.C. (2014). « Forage energy to protein ratio of several legume–grasscomplex mixtures. », Animal Feed Science and Technology, 188, p. 17-27. doi : 10.1016/j.anifeedsci.2013.11.006  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le rapport énergie/protéines des fourrages a une incidence sur l’efficacité de l’utilisation de l’azote par les ruminants. On possède toutefois peu de connaissances sur la variation de ce rapport dans les mélanges complexes de légumineuses et de graminées. Notre objectif était de déterminer la variation du rapport entre l’énergie facilement disponible offerte par les fourrages, d’une part, et les protéines, d’autre part, de même que les variations de rendement et de digestibilité liées au mélange de trois ou quatre espèces de graminées et de une ou deux espèces de légumineuses. Quatre mélanges de graminées [1 – fléole des prés (Phleum pratense L.), fétuque des prés (Festuca elatior L.) et pâturin des prés (Poa pratensis L.); 2 – fléole des prés, fétuque des prés, alpiste roseau (Phalaris arundinacea L.) et pâturin des prés; 3 – fétuque élevée [Schedonorus phoenix (Scop.) Holub], brome des prés (Bromus biebersteinii Roemer & J.A. Schultes), dactyle pelotonné (Dactylis glomerata L.) et pâturin des prés; 4 – fétuque élevée, brome des prés, alpiste roseau et pâturin des prés] ont été cultivés avec de la luzerne (Medicago sativa L.) ou avec du lotier corniculé (Lotus corniculatus L.) dans deux localités, et des mesures ont été effectuées lors de deux périodes de broutage simulé l’année suivant l’implantation. Le rapport glucides hydrosolubles (GH) / protéines brutes (PB) déterminé pour les huit mélanges de légumineuses et de graminées a varié entre 0,64 et 1,04, alors que le rapport entre les fractions de glucides facilement fermentescibles A et B1 et les fractions de protéines facilement solubles A et B1 [(CA + CB1)/(PA + PB1)], estimé à l’aide du modèle Cornell Net Carbohydrate and Protein System, a varié entre 4,33 et 5,64. Cette variation appréciable des deux rapports utilisés pour caractériser l’équilibre entre l’énergie et les protéines était attribuable à la fois aux espèces de légumineuse et aux mélanges de graminées. Les mélanges complexes à base de luzerne ont présenté des rapports GH/PB et (CA + CB1)/(PA + PB1) plus élevés que les mélanges à base de lotier corniculé (0,94 comparativement à 0,69; 5,42 comparativement à 4,47), mais une valeur moindre pour ce qui est de la digestibilité réelle in vitro (DRIV); 902 comparativement à 913 g/kg matière sèche, MS). Le mélange de graminées n° 2 (fléole des prés, fétuque des prés, alpiste roseau et pâturin des prés) a offert la meilleure combinaison de rapport élevé entre l’énergie facilement disponible et les protéines (GH/PB = 0,87; (CA + CB1)/(PA + PB1) = 5,08), de rendement en MS élevé et de DRIV moyenne. Par ailleurs, les mélanges complexes comprenant la luzerne et la fétuque des prés ont présenté le meilleur rapport entre l’énergie facilement disponible et les protéines et le meilleur rendement en MS. Nos résultats confirment qu’il est possible d’améliorer l’équilibre entre l’énergie facilement disponible et les protéines en choisissant les espèces qui entrent dans la composition des mélanges complexes comprenant une espèce de légumineuse et trois ou quatre espèces de graminées.

Date de modification :