Foliar urea applications can increase berry yeast-assimiliable N in wine (Vitis vinifera L.) grapes.

Neilsen, G.H., Neilsen, D., Hannam, K., Hannam, K.D., Millard, P., et Midwood, A. (2013). « Foliar urea applications can increase berry yeast-assimiliable N in wine (Vitis vinifera L.) grapes. », Acta Horticulturae (ISHS), 984, p. 427-433.

Résumé

Dans l’ouest de l’Amérique du Nord, la teneur en azote assimilable par les levures (NAL) des raisins de la vigne cultivée (V. vinifera L.) est habituellement insuffisante, et il faut ajouter du phosphate diammonique au moût avant la fermentation. Pour évaluer des stratégies visant à atténuer ce problème, nous avons appliqué des traitements azotés à trois reprises, autour du stade de la véraison, dans le cadre d’essais répétés menés dans sept vignobles commerciaux de la vallée de l’Okanagan, en Colombie-Britannique, au Canada. En 2010, les traitements étaient les suivants : applications foliaires d’urée à des concentrations de 1 % ou de 2 % (p/v); application d’azote uréique au sol à un taux correspondant à celui de l’application foliaire à 2 %; traitement combiné où la moitié de l’azote était pulvérisée sur les feuilles et l’autre moitié était appliquée au sol. En 2011, un produit azoté à efficacité accrue a également été appliqué au sol. Les traitements ont eu peu d’effets sur le rendement en fruits ou la qualité des raisins, mais l’application foliaire à 2 % a entraîné une augmentation notable de la teneur en NAL du jus de raisin dans six des sept localités au cours des deux années. À la suite de l’application foliaire à 2 % effectuée en 2010, la teneur en NAL du jus de raisin s’est approchée du seuil de 140 mg N/L généralement considéré comme suffisant pour éviter le blocage de la fermentation, sans toutefois le dépasser. À la suite de l’application foliaire à 2 % effectuée en 2011, la teneur en NAL du jus de raisin a cependant dépassé ce seuil dans quatre localités. Cette application foliaire a également entraîné une baisse du rapport proline/arginine (indicateur de la qualité du N) du jus de raisin dans la plupart des localités. Les applications de N au sol aux doses établies ont rarement entraîné une amélioration de la teneur en NAL du jus de raisin. Dans le cadre de travaux en cours, nous utilisons de l’urée marquée au 15N pour déterminer quels acides aminés présents dans le jus de raisin sont favorisés par l’application de N.

Date de modification :