Cefotaxime prevents microbial contamination and improves microspore embryogenesis in wheat and triticale.

Asif, M., Eudes, F., Randhawa, H.S., Amundsen, E.J., Yanke, L.J., et Spaner, D.M. (2013). « Cefotaxime prevents microbial contamination and improves microspore embryogenesis in wheat and triticale. », Plant Cell Reports, 32(10), p. 1637-1646. doi : 10.1007/s00299-013-1476-4  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La culture de microspores isolées constitue une méthode prometteuse pour rapidement fixer le produit de la recombinaison méiotique d’hybrides F1 dans le cadre du processus d’amélioration variétale. Pour réaliser la culture commerciale de microspores de triticale et de blé, il est essentiel de disposer de sujets sains et d’obtenir des taux élevés d’embryogenèse. Ainsi, dans le cadre de la présente étude, nous avons évalué (1) les contaminants pouvant être présents dans les cultures de microspores isolées, (2) l’effet de deux antibiotiques contre la croissance de bactéries et (3) la contribution des antibiotiques à la production de structures ressemblent à des embryons, de plantes vertes et de plantes albinos. Cinq espèces de bactéries ont été détectées dans des cultures contaminées (Erwinia aphidicola, Pantoea agglomerans, Pseudomonas sp., Staphylococcus epidermis et Staphylococcus warneri) et identifiées au moyen d’une analyse des acides gras et d’une analyse des séquences de l’ARN ribosomal 16S. Des levures ont aussi été détectées. Des essais de sensibilité aux antibactériens ont révélé que les traitements au céfotaxime (100 mg/l) et à la vancomycine causaient une forte inhibition chez 24 isolats bactériens, sauf chez le Pseudomonas sp. D’autres traitements antibiotiques inhibaient au moins partiellement la croissance bactérienne. L’ajout de ces antibiotiques aux milieux servant à induire l’embryogenèse chez les microspores a permis d’obtenir des embryons et des plantes vertes. Nous avons mis à l’essai les traitements antibiotiques chez le triticale, puis chez les cultivars de blé AC Carberry et AC Andrew. L’addition de céfotaxime dans les milieux d’induction, à raison de 50 mg/l dans le cas du triticale et de 100 mg/l dans le cas du blé, a entraîné une hausse de la formation de structures ressemblant à des embryons et de plantes vertes et, par conséquent, une diminution de l’albinisme chez tous les génotypes. Nos résultats montrent que le céfotaxime a deux effets sur la culture de microspores isolées : il entraîne une hausse de la croissance cellulaire et du taux de succès de la culture chez le triticale et le blé, et il évite la destruction accidentelle de cultures par les bactéries les plus communes.

Date de modification :