Promotion of autoimmune diabetes by cereal diets in the presence or absence of microbes associated with gut immune activation, regulatory imbalance and altered cathelicidin antimicrobial peptide.

Patrick, C., Wang, G.S., Lefebvre, D.E., Crookshank, J.A., Sonier, B., Eberhard, C., Mojibian, M., Kennedy, C.R., Brooks, S.P.J., Kalmokoff, M.L., Maglio, M., Troncone, R., Poussier, P., et Scott, F.W. (2013). « Promotion of autoimmune diabetes by cereal diets in the presence or absence of microbes associated with gut immune activation, regulatory imbalance and altered cathelicidin antimicrobial peptide. », Diabetes, 62(6), p. 2036-2047. doi : 10.2337/db12-1243  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les humains sont exposés à des millions d’antigènes microbiens et alimentaires par l’intermédiaire du tube digestif, lequel joue probablement un rôle clé dans le diabète de type 1 (DT1). Nous avons distingué les effets de ces deux importants facteurs environnementaux sur l’immunité intestinale et le DT1. Nous avons logé des rats BioBreeding sujets au diabète (BBsd) dans un milieu exempt de pathogènes spécifiques (EPS) ou exempt de microbes (EM) et les avons soumis à un régime céréalier favorisant le diabète ou à un régime protecteur faible en antigènes à base de caséine hydrolysée (CH), puis nous avons étudié l’incidence du DT1. Nous avons analysé les gènes de la microflore fécale codant l’ARNr 16S, la répartition des cellules immunitaires et l’expression des gènes dans le jéjunum. L’incidence du DT1 la plus élevée a été observée chez les rats EPS soumis au régime céréalier (65 %) et les rats EM soumis à ce même régime (53 %), mais le DT1 a été inhibé et retardé chez leurs homologues ayant reçu de la CH. Presque tous les rats EM ayant reçu de la CH n’ont pas été atteints de diabète, tandis que les rats EPS ayant reçu de la CH ont été moins bien protégés (7 % vs 29 %). Les communautés bactériennes des rats EPS soumis au régime céréalier différaient de celles des rats EPS soumis au régime à base de CH. Les rats EPS soumis au régime céréalier ont présenté une augmentation du nombre de lymphocytes CD3+ et CD8α+ dans l’intestin, du rapport ARNm du gène Ifng sur ARNm du gène Il4 et de l’expression du gène Lck, indiquant une activation des cellules T. C’est chez les rats EM ayant reçu de la CH que le rapport des cellules T CD3+ exprimant le marqueur Treg Foxp3+ a été le plus élevé et chez les rats EPS soumis au régime céréalier qu’il a été le plus bas. Les macrophages M2 résidents CD163+ étaient plus nombreux chez les rats protégés par la CH. Le gène Camp codant la cathélicidine, un peptide antimicrobien, a été régulé à la hausse dans le jéjunum des rats protégés par le régime à base de CH, et les cellules CAMP+ étaient colocalisés avec les antigènes CD163. Le régime céréalier a été un promoteur du DT1 plus fort que les microorganismes intestinaux en association avec une homéostasie immunitaire intestinale perturbée.

Date de modification :