Developments in micrometeorological techniques for methane emissions.

McGinn, S.M. (2013). « Developments in micrometeorological techniques for methane emissions. », Animal, 7(Suppl 2), p. 386-393. doi : 10.1017/S1751731113000657  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

On peut utiliser des techniques micrométéorologiques pour estimer les émissions de méthane (CH4) provenant des ruminants et du fumier de bétail, à partir de la concentration de CH4 mesurée dans la couche limite de surface. Ces techniques présentent surtout l’avantage de ne pas être intrusives, ce qui permet d’éliminer l’incidence du dispositif de mesure sur les émissions de CH4 calculées. La présente analyse porte sur quatre techniques micrométéorologiques, soit le flux horizontal intégré, le gradient de flux, la covariance des turbulences et la modélisation de la dispersion fondée sur le modèle stochastique lagrangien de reconstitution. Chaque technique présente des avantages et des inconvénients particuliers lorsqu’on l’utilise pour estimer les émissions de CH4 provenant des ruminants (émissions entériques) et du fumier. D’un point de vue théorique, la technique du flux horizontal intégré est peut être plus simple que les trois autres, mais toutes les méthodes requièrent des instruments à haute résolution pour la mesure des concentrations. Les techniques de la covariance des turbulences et de la modélisation de la dispersion nécessitent en outre des données sur les vents. Nous analysons l’utilisation appropriée de ces quatre techniques micrométéorologiques aux fins de l’estimation des émissions de CH4 provenant des animaux d’élevage et passons en revue les récents progrès des techniques de mesure.

Date de modification :