DNA barcoding: an innovative tool to identify internal lepidopterans in apples.

Firlej, A., Légaré, J.-P., Landry, J.-F., Hogue, R., Chouinard, G., et Cormier, D. (2013). « DNA barcoding: an innovative tool to identify internal lepidopterans in apples. », IOBC - WPRS Bulletin, 91, p. 269-271.

Résumé

L’identification des larves (chenilles) de lépidoptères peut être difficile lorsque plusieurs espèces sont présentes en même temps dans une culture et lorsque leur identification exige une dissection ou un élevage en laboratoire. Au Québec, trois espèces de Tortricidae, à savoir le carpocapse de la pomme [Cydia pomonella (L.)], le petit carpocapse de la pomme [Grapholita prunivora (Walsh)] et la tordeuse occidentale du pêcher [Grapholita molesta (Busck)], se nourrissent en même temps dans les pommes. À l’état larvaire, le carpocapse de la pomme se distingue généralement des deux autres espèces par sa taille plus grande et l’absence de peigne anal, mais les deux autres espèces sont pratiquement indifférenciables. La présente étude visait à valider le codage à barres de l’ADN comme méthode d’identification des chenilles des principales espèces de lépidoptères infestant les vergers de pommiers au Québec. Cette méthode moléculaire utilise des amorces communes à toutes les espèces de lépidoptères qui ciblent un fragment de 658 pb du gène de la cytochrome oxydase I, spécifique à chaque espèce de lépidoptère. En 2011, nous avons recueilli 140 adultes des trois espèces dans six régions pomicoles du Québec en vue de caractériser leur séquence d’ADN à des fins d’inclusion dans le Barcode of Life Data Systems. Au cours de l’été 2012, nous avons échantillonné des chenilles de lépidoptères dans des vergers du Québec afin d’évaluer l’efficacité de cet outil d’identification moléculaire des chenilles. Une fois validée, cette méthode deviendra un outil d’identification utile pour les laboratoires spécialisés dans l’identification des phytoravageurs.

Date de modification :