Labile organic nitrogen transformations in clay and sandy-loam soils amended with 15N-labelled faba bean and wheat residues.

St. Luce, M., Whalen, J.K., Ziadi, N., Zebarth, B.J., et Chantigny, M.H. (2014). « Labile organic nitrogen transformations in clay and sandy-loam soils amended with 15N-labelled faba bean and wheat residues. », Soil Biology & Biochemistry, 68, p. 208-218. doi : 10.1016/j.soilbio.2013.09.033  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les fractions d’azote (N) organique labile participent activement à la minéralisation de l’azote à court terme, mais l’ampleur avec laquelle chaque fraction contribue à cette minéralisation n’est pas bien comprise. L’objectif du présent travail était d’étudier le flux de résidus de féverole à petits grains (Vicia faba L.) et de résidus de blé (Triticum aestivum L.), marqués au 15N, au travers de la biomasse microbienne azotée (BMN) du sol, d’azote organique extractible à l’eau (NOEE), de la fraction légère de matière organique azotée (FLMON), de la matière organique particulaire azotée (MOPN) et des masses d’azote minéral (MAM) dans des sols argileux ou de loam sableux, dans des conditions contrôlées. Après 3 jours, 17–30 % des résidus marqués au 15N ont été récupérés dans la fraction MOPN, avec une proportion plus grande du résidu de blé que de résidu de féverole à petits grains récupérée comme MOP15N. Cette MOP15N comprenait probablement des résidus non décomposés et de la FLMO15N. La minéralisation nette de N était plus importante dans les sols amendés avec du résidu de féverole que dans ceux amendés avec du résidu de blé, et plus importante dans le sol de loam sableux que dans le sol, argileux. Les concentrations de FLMO15N diminuaient au cours de l’étude, alors que celles de MOP15N augmentaient ou restaient constantes pendant 28 jours dans le sol de loam sableux et pendant 56 jours dans le sol argileux. Ceci suggère une possible incrustation de la FLMON dans les particules minérales de sol provoquant une densification et une récupération accrues de la fraction de MOPN. La diminution subséquente de la concentration de MOP15N correspondait à une accumulation de 15N minéral dans les sols. La concentration de 15N minéral après concentration 112 jours était reliée de manière positive à la concentration initiale de MOP15N (r = 0,78, P < 0,001), pais pas à la concentration initiale de FLMO15N (r = − 0,48, P > 0,05). Le NOEE et la BMN semblaient être des masses intermédiaires en transition. Les résultats de la présente étude suggèrent que la minéralisation de la MOPN est une voie majeure grâce à laquelle le N minéral est incorporé aux sols agricoles, avec un rapport C/N des résidus de culture et dans une moindre mesure les propriétés du sol influençant la vitesse de minéralisation.

Date de modification :