Laboratory and field evaluations of the susceptibility of immature Choristoneura rosaceana (Lepidoptera: Tortricidae) to Beauveria bassiana (Hypocreales: Cordycipitaceae).

Cossentine, J.E. (2013). « Laboratory and field evaluations of the susceptibility of immature Choristoneura rosaceana (Lepidoptera: Tortricidae) to Beauveria bassiana (Hypocreales: Cordycipitaceae). », Biocontrol Science and Technology, 23(4), p. 396-408. doi : 10.1080/09583157.2013.763905  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La susceptibilité des stades immatures du Choristoneura rosaceana (Harris) au Beauveria bassiana-GHA (BotaniGard® 22WP) a été évaluée en laboratoire et sur le terrain. Bien que les masses d’œufs âgées de ≤ 24 h se soient révélées sensibles à l’infection causée par une application topique de spores de B. bassiana en laboratoire et que la mycose ainsi induite ait réduit de façon significative les taux d’éclosion, le traitement en verger n’a pas occasionné des taux d’infection importants parmi les masses d’œufs âgées de ≤ 24–48 h exposées. En laboratoire, l’application de fortes concentrations du produit à base de B. bassiana sur la surface de feuilles de pommier a causé une mortalité significative proportionnelle à la dose chez les chenilles des 4 premiers stades. Parmi les chenilles d’âges divers ainsi exposées au champignon en laboratoire, ce sont les chenilles du premier stade qui se sont révélées les plus sensibles, même si seulement 36 % des chenilles néonates introduites dans le verger avant le traitement au Beauveria et 27 % des chenilles issues de masses d’œufs traitées en verger aient contracté l’infection. L’application en verger et sur la surface des feuilles en laboratoire d’une dose de 1×108 spores mL1 a provoqué une mortalité comparable mais modérée chez les chenilles du quatrième stade exposées. L’application des spores du champignon directement sur la cuticule des chenilles a causé une mortalité plus élevée que l’application des spores sur la surface des feuilles, plus représentative des conditions de traitement en verger. L’exposition à un milieu nutritif méridique contenant un antibiotique avant les essais n’a eu aucun effet sur la susceptibilité des chenilles au B. bassiana. Le milieu nutritif méridique contenant un antibiotique a réduit de façon significative la mortalité larvaire lorsque les chenilles traitées ou les spores ont été placées directement sur le milieu nutritif plutôt que sur le tissu foliaire.

Date de modification :