Evaluating the Cloude-Pottier and Freeman- Durden scattering decompositions for distinguishing between unharvested and post-harvest agricultural fields

Adams, J.R., Rowlandson, T., McKeown, S.J., Berg, A.A., McNairn, H., et Sweeney, S.J. (2013). « Evaluating the Cloude-Pottier and Freeman- Durden scattering decompositions for distinguishing between unharvested and post-harvest agricultural fields », Canadian Journal of Remote Sensing, 39(4), p. 318-327. doi : 10.5589/m13-040  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Dans cette étude, on évalue l'utilité des décompositions de la diffusion de Cloude–Pottier et de Freeman–Durden pour fournir une information sur la couverture des terres agricoles durant les mois d'automne à l'aide des données polarimétriques RADARSAT-2 en bande C. On applique ces décompositions sur 94 champs agricoles dans le sud de l'Ontario, au Canada, pour caractériser les mécanismes de diffusion des cultures à maturité non récoltées et des champs récoltées avec trois pratiques généralisées de labour des sols. Les décompositions sont appliquées aux images RADARSAT-2 à six dates différentes au cours d'octobre-novembre 2010 à des angles d'incidence élevés (49°) et faibles (23°). Une concordance a été observée entre les décompositions dans l'identification des mécanismes primaires de la diffusion (diffusion volumique et de surface rugueuse) pour les cultures à maturité non récoltées et les champs récoltés. On observe une séparabilité statistique significative entre les forces des paramètres de décomposition lorsque l'on compare: (i) les cultures à maturité non récoltées par rapport aux champs labourés de façon conventionnelle après la récolte et (ii) les champs non labourés après la récolte par rapport aux champs labourés de façon conventionnelle après la récolte. Ces résultats laissent supposer que les classifications de haute précision sont possibles avec ces données; cependant, on observe une séparabilité faible lorsque l'on compare les champs avec des pratiques de labour de conservation. La séparabilité la plus forte a été observée, d'une part, avec l'entropie et l'angle α de la décomposition de Cloude–Pottier et, d'autre part, avec la composante de diffusion des surfaces rugueuses de la décomposition de Freeman–Durden, indiquant la sensibilité de ces paramètres à la rugosité de surface et aux résidus de récolte. Les résultats ont également démontré qu'une séparabilité supérieure était observée avec les données à l'angle d'incidence plus élevé de 49° par opposition aux données acquises à l'angle d'incidence plus faible de 23°.

Date de modification :