Nest-building in sows: effects of farrowing housing on hormonal modulation of maternal characteristics.

Yun, J., Swan, K-M., Vienola, K., Farmer, C., Oliviero, C., Peltoniemi, O., et Valros, A. (2013). « Nest-building in sows: effects of farrowing housing on hormonal modulation of maternal characteristics. », Applied Animal Behaviour Science, 148(1-2), p. 77-84. doi : 10.1016/j.applanim.2013.07.010  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les activités de nidification avant la mise bas pourraient améliorer les caractéristiques maternelles et le bien-être des truies durant la parturition et la lactation. Avant la mise bas, nous avons fourni aux truies gravides de l’espace et du matériel de nidification et avons examiné les effets de ces éléments sur les concentrations sanguines d’oxytocine, les caractéristiques maternelles et les relations entre les concentrations d’oxytocine et les caractéristiques maternelles des truies en début de lactation. En tout, 33 truies ont été placées dans une des installations suivantes : 1) CASE FERMÉE : case de parturition fermée (210 × 80 cm) contenant un seau de sciure de bois; 2) CASE OUVERTE : case de parturition ouverte contenant un seau de sciure de bois; 3) NID : case de parturition ouverte contenant beaucoup de matériel de nidification. Les truies portaient un cathéter à l’oreille et, pour le dosage des hormones, nous avons prélevé des échantillons de sang deux fois par jour aux jours −3, −2, −1, +1, +2, +4 et +7, avant et après la parturition. Nous avons filmé les animaux par vidéo pendant 24 heures aux jours 3 et 6 de lactation pour évaluer le comportement à l’allaitement et le comportement maternel. Au cours des périodes −3 jours à −1 jour et −3 jours à +7 jours, chez les truies logées dans les NIDS, nous avons constaté une augmentation des concentrations d’oxytocine par comparaison à celles observées chez les truies logées dans les CASES FERMÉES et OUVERTES (P < 0,05). Les concentrations de prolactine chez les truies logées dans des NIDS étaient également plus élevées que celles des truies logées dans les CASES FERMÉES pendant ces périodes (P < 0,05). Du jour 1 au jour 7 de la lactation, nous avons constaté une corrélation positive entre les concentrations de prolactine et les concentrations d’oxytocine (r = 0,39, P < 0,0001). La durée moyenne de tous les allaitements (P < 0,05) et celle des allaitements fructueux seulement (P < 0,01) étaient plus longues chez les truies logées dans les CASES FERMÉES que chez celles logées dans les CASES OUVERTES et dans les NIDS. En moyenne, le nombre de comportements attentionnés envers les petits était plus élevé chez les truies des NIDS que chez celles des autres installations aux jours 3 et 6 de la lactation (P < 0,001), et nous avons constaté une corrélation positive entre les comportements attentionnés des truies envers leurs petits et les concentrations d’oxytocine au cours des 7 jours suivant la parturition (rs = 0,26, P < 0,01). En conclusion, il semble que la fourniture de matériel de nidification avant la parturition puisse entraîner une augmentation des concentrations plasmatiques d’oxytocine, ce qui peut améliorer la performance à l’allaitement et le comportement maternel des truies en début de lactation.

Date de modification :