Gene flow from transgenic oilseed Brassica juncea (L.) Czern. into weedy Sinapis arvensis L. (wild mustard).

Warwick, S.I. et Martin, S.L. (2013). « Gene flow from transgenic oilseed Brassica juncea (L.) Czern. into weedy Sinapis arvensis L. (wild mustard). », Plant Breeding, 132(6), p. 688-693. doi : 10.1111/pbr.12098  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Nous avons examiné le flux génique depuis le canola oléagineux Brassica juncea résistant aux herbicides (RH) dont le mécanisme d’action est l’inhibition de l’acétolactate synthase vers la mauvaise herbe Sinapis arvensis qui lui est apparentée dans une parcelle expérimentale de 100 m2 de canola résistant (densité : 1 plante/m2). Nous avons trouvé deux hybrides RH dans la F1 (H1 et H2) parmi 109 951 plantules cultivées avec de l’imazéthapyr (fréquence d’hybridation – 1,8 × 10 - 5). Nous avons confirmé l’hybridité au moyen de la cytométrie en flux, du polymorphisme de longueur des fragments amplifiés (AFLP) de marqueurs spécifiques du B. juncea, de l’hybridation in situ (GISH) et de la détection par PCR du gène de RH du B. juncea's. Les hybrides H1 et H2 avaient respectivement 2n = 27 et 2n = 45 chromosomes, des structures génomiques correspondantes 3x (SrAB) et 5x (SrAABB), et une fertilité mâle réduite, et la viabilité de leur pollen était de 3,2 et 16,6 %, respectivement. L’hybride H1 était auto-incompatible, tandis que le H2 produisait des graines par autofécondation (caractère du B. juncea). L’autofécondation des plantes F2, F3 et F4 a révélé la persistance du caractère de résistance, une croissance vigoureuse et une fertilité pollinique élevée (80‑100 %) chez 22 % et 39 % des plantes F2 et F3, respectivement. Les rétrocroisements des hybrides F1, F2 ou F3 × S. arvensis n’ont pas donné de descendants, laissant supposer que la probabilité d’introgression des caractères est faible à négligeable.

Date de modification :