Susceptibility of Brassicaceous Plants to Feeding by Flea Beetles, Phyllotreta spp. (Coleoptera: Chrysomelidae)

Soroka, J.J. et Grenkow, L.F. (2013). « Susceptibility of Brassicaceous Plants to Feeding by Flea Beetles, Phyllotreta spp. (Coleoptera: Chrysomelidae) », Journal of Economic Entomology, 106(6), p. 2557-2567. doi : 10.1603/EC13102  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les altises qui se nourrissent de crucifères (Phyllotreta spp.) sont des insectes ravageurs chroniques des cultures de canola dans les Prairies canadiennes. Nous avons effectué de multiples essais d’alimentation en laboratoire et au champ pour évaluer la vulnérabilité aux altises d’une grande variété d’espèces, de cultivars et d’obtentions de crucifères dans le but de découvrir des sources de matériel génétique résistant. Dans le cadre des 62 essais biologiques réalisés sur 218 sujets, aucune réduction soutenue de l’alimentation par les altises n’a été observée chez le Brassica carinata A. Braun, le Brassica juncea (L.) Czern., le Brassica napus L. ou le Brassica rapa L. Une réduction de l’alimentation a été constatée chez les lignées de moutarde condimentaire de l’espèce Sinapis alba L., mais non chez les lignées de qualité canola de cette espèce, qui contiennent des quantités moindres de glucosinolates et chez lesquelles le taux d’alimentation a été le même que chez le B. napus. L’analyse de la teneur en glucosinolates a révélé une diminution de la teneur en hydroxybenzyle glucosinolates et en butyle glucosinolates chez les lignées de S. alba de qualité canola, privilégiées par les altises, et une augmentation de la teneur en hydroxybutényle glucosinolates par rapport aux teneurs mesurées chez les lignées de moutarde condimentaire de cette même espèce. L’Eruca sativa Mill. s’est avéré un excellent hôte pour les altises; les lignées de Camelina sativa (L.) Crantz ont été peu consommées. Les lignées de Crambe abyssinica Hochst. ex R. E. Fries et de Crambe hispanica L. ont été moins consommées que les Brassica, contrairement au Crambe glabrata DC. Ces résultats montrent qu’il existe des sources de résistance possibles aux altises du genre Phyllotreta et mettent en lumière le rôle complexe que peuvent jouer les glucosinolates dans les préférences des Phyllotreta en matière d’hôtes.

Date de modification :