Effects of different n-6:n-3 fatty acid ratios and of enterolactone on gene expression and PG secretion in bovine endometrial cells.

Hallé, C., Goff, A.K., Petit, H.V., Blouin, R., et Palin, M.-F. (2015). « Effects of different n-6:n-3 fatty acid ratios and of enterolactone on gene expression and PG secretion in bovine endometrial cells. », British Journal of Nutrition, 113(1), p. 56-71. doi : 10.1017/S0007114514003304  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les graines de lin dans le régime alimentaire des vaches laitières peuvent moduler l’expression des gènes et la synthèse de la prostaglandine dans l’utérus au moment de la péri-implantation. La présente étude vise à déterminer quelles composantes des graines de lin sont responsables de ces effets et de quelle manière les différents types cellulaires de l’endomètre sont touchés. Nous avons évalué les effets de six ratios différents (acide linolénique [n-6]:acide α-linolénique [n-3]) et de trois concentrations du lignane entérolactone (ENL) sur les cellules stromales et épithéliales de l’endomètre. On a étudié l’abondance des ARNm dans les gènes dont le rôle est connu ou soupçonné en ce qui touche la survie embryonnaire ou la synthèse de la prostaglandine, de même que les concentrations de PGE2 et de PGF2α dans un milieu de culture. L’abondance des ARNm de plusieurs gènes a été modulée par différents ratios d’acides gras et/ou différentes concentrations d’ENL, et cette modulation était différente d’un type cellulaire à l’autre. Le traitement selon un ratio n 6:n-3 de 4 (riche en n-3) faisait augmenter l’abondance des ARNm dans les gènes ayant des effets positifs sur la réceptivité de l’utérus et sur l’implantation, en comparaison avec le traitement selon un ratio n-6:n-3 de 25 (riche en n-6). L’ENL faisait diminuer les concentrations de PGE2 et de PGF2α dans les deux types cellulaires, et cette réduction a été associée à une plus faible abondance des ARNm dans les gènes AKR1B1 et PTGES de la prostaglandine synthase dans les cellules stromales. La combinaison d’ENL et d’acides gras (traitement selon un ratio de 4) a entraîné la plus importante réduction des concentrations de PGF2α, en comparaison avec l’ajout d’acides gras (ratio de 4) ou de ENL seulement. Vu les propriétés lutéolytiques connues de la PGF2α, une réduction de la sécrétion endométriale de PGF2α favoriserait l’établissement et le maintien de la gestation.

Date de modification :