Decreased defense gene expression in tolerance versus resistance to Verticillium dahliae in potato.

Tai, H.H., Goyer, C., Platt, H.W., De Koeyer, D.L., Murphy, A.M., Uribe, P., et Halterman, D. (2013). « Decreased defense gene expression in tolerance versus resistance to Verticillium dahliae in potato. », Functional and Integrative Genomics, 13(3), p. 367-378. doi : 10.1007/s10142-013-0329-0  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le Verticillium dahliae Kleb., un champignon du sol colonisant les tissus vasculaires, provoque le fanage, la chlorose et la sénescence précoce chez la pomme de terre. Nous avons étudié les différences dans le moment de la sénescence chez deux clones diploïdes de pomme de terre, 07506‑01 et 12120‑03, et avons découvert que la variation génétique de la réaction à l’infection par le V. dahliae était un facteur de causalité. Le clone 07506‑01 a été infecté par le V. dahliae, mais n’a affiché aucun symptôme, indiquant ainsi qu’il est tolérant au champignon pathogène. L’autre clone diploïde, 12120‑03, a présenté de faibles concentrations de l’agent pathogène avec l’infection et des symptômes modérés, ce qui montre une résistance partielle. Le clone 07506‑01 s’est révélé porteur de deux allèles sensibles du gène Ve2 et le clone 12120‑03, d’un allèle résistant et d’un allèle sensible de ce même gène. Nous avons utilisé les profils d’expression génique pour comparer les feuilles infectées des deux clones à l’aide d’une biopuce à oligonucléotides (Potato Oligonucleotide Chip Initiative, ou POCI). Les résultats ont fourni d’autres éléments expliquant les différences de réaction des deux clones à l’infection par le V. dahliae. La biosynthèse de la chlorophylle était plus importante chez le clone tolérant 07506‑01 par comparaison au clone partiellement résistant 12120‑03. Par contre, l’expression des gènes de défense contre les champignons, des gènes de résistance Ve et des gènes de défense codant les enzymes de biosynthèse des phytohormones était diminuée chez le clone 07506‑01 comparativement au clone 12120‑03, ce qui donne à penser que les réactions de défense étaient supprimées chez le clone tolérant par rapport au clone résistant. Les différences d’expression génique des facteurs de transcription semblent indiquer que les régulateurs de la réaction à l’infection par le V. dahliae chez la pomme de terre appartiendraient à la famille WRKY.

Date de modification :