Insecticide susceptibility of three species of cutworm (Lepidoptera: Noctuidae) pests of grapes.

Smirle, M.J., Zurowski, C.L., Lowery, D.T., et Mostafa, A.M. (2013). « Insecticide susceptibility of three species of cutworm (Lepidoptera: Noctuidae) pests of grapes. », Journal of Economic Entomology, 106(5), p. 2135-2140. doi : 10.1603/EC13110  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les noctuelles du genre Abagrotis infligent des pertes économiques importantes aux viticulteurs dans la vallée de l’Okanagan, en Colombie-Britannique. La viticulture n’est pratiquée que depuis quelques années dans de nombreux secteurs de la vallée, et l’association entre le raisin et les noctuelles est nouvelle et continue d’évoluer. Pour cette raison, on dispose de peu d’information sur les stratégies de lutte antiparasitaire applicables à ces ravageurs, notamment sur l’évaluation des outils de lutte chimique compatibles avec les pratiques de production locales. Peu d’insecticides sont actuellement homologués au Canada pour la lutte contre les noctuelles sur le raisin. Cette étude visait à évaluer l’efficacité de divers insecticides susceptibles d’être utilisés contre ces ravageurs ainsi que la sensibilité à ces produits des trois espèces de noctuelles les plus communes attaquant les bourgeons de vigne en Colombie-Britannique, à savoir l’Abagrotis orbis (Grote), l’Abagrotis reedi Buckett et l’Abagrotis nefascia (Smith). Des bioessais visant à évaluer la relation dose-réponse chez des chenilles néonates (disques foliaires de pak-choï) et des chenilles du quatrième stade (incorporation au milieu nutritif) ont été effectués avec neuf insecticides. Chez chacune des espèces étudiées, des variations considérables ont été observées dans la toxicité des insecticides testés entre les chenilles néonates et les chenilles du quatrième stade. Dans le cas de certains insecticides, les valeurs de toxicité relative pour les chenilles néonates et les chenilles du quatrième stade n’étaient pas corrélées. La sensibilité aux insecticides a également varié d’une espèce à l’autre. Il est donc important de pouvoir identifier correctement les membres du complexe d’espèces présent dans une région donnée pour choisir les meilleurs outils de lutte disponibles.

Date de modification :