Effects of Dietary Arginine and Glutamine on Alleviating the Impairment Induced by Deoxynivalenol Stress and Immune Relevant Cytokines in Growing Pigs.

Wu, L., Wang, W., Yao, K., Zhou, T., Yin, J., Li, T.-J., Yang, L., He, L., Yang, X.J., Zhang, H., Wang, Q., Huang, R.L., et Yin, Y.L. (2013). « Effects of Dietary Arginine and Glutamine on Alleviating the Impairment Induced by Deoxynivalenol Stress and Immune Relevant Cytokines in Growing Pigs. », PLoS ONE, 8(7), p. e69502. doi : 10.1371/journal.pone.0069502  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le désoxynivalénol (DON) est une mycotoxine qui réduit la consommation alimentaire et la performance des animaux d’élevage, plus particulièrement du porc. L’arginine et la glutamine jouent un rôle important dans la nutrition porcine. Les travaux présentés ici portaient sur les effets d’un supplément alimentaire d’arginine et de glutamine sur les deux phénomènes défavorables qu’entraînent le stress dû au DON et l’action des cytokines immunitaires chez le porc en croissance. Nous avons réparti au hasard 40 porcs de 60 jours en bonne santé et en croissance, pesant en moyenne 16,28 ± 1,54 kg, en 5 groupes de traitement alimentaire, soit 3 groupes recevant un supplément d’acide aminé (1,0 % d’arginine [Arg], 1,0 % de glutamine [Gln] et 0,5 % d’Arg+0,5 % de Gln) et 2 groupes témoins, l’un recevant la toxine, l’autre n’en recevant pas. Les porcs des 3 groupes recevant un supplément d’acide aminé ont reçu l’acide aminé ou le mélange d’acides aminés choisi pour leur traitement, tandis que ceux des groupes témoins avec et sans toxine ont reçu une ration commerciale contenant 1,64 % d’alanine, l’acide aminé utilisé comme témoin isoazoté pendant 7 jours. Les porcs du groupe témoin recevant la toxine et ceux des groupes de traitement ont ensuite été soumis à une provocation : pendant 21 jours, ils ont reçu une ration contaminée au DON ayant une teneur finale en DON de 6 mg/kg d’aliment. Aucune différence significative de gain pondéral quotidien moyen n’a été constatée entre le groupe témoin ayant reçu la toxine et les groupes recevant un supplément d’acide aminé, même si les valeurs de consommation alimentaire quotidienne moyenne des groupes recevant un supplément d’acide aminé étaient supérieures dans une mesure significative à celles du groupe témoin ayant reçu la toxine (P < 0,01). Le poids relatif du foie des porcs du groupe témoin ayant reçu la toxine était supérieur dans une mesure significative à celui des porcs du groupe témoin n’ayant pas reçu la toxine, du groupe ayant reçu le supplément d’arginine et du groupe ayant reçu le supplément d’Arg+Glu (P < 0,.01), mais les autres organes ne présentaient pas de différence significative. Pour ce qui est des paramètres biochimiques sériques, nous avons constaté que les concentrations d’azote uréique, de phosphatase alcaline, d’alanine transférase et d’aspartate transaminase des porcs des groupes ayant reçu un supplément d’acide aminé étaient plus faibles que celles des porcs du groupe témoin ayant reçu la toxine. Par ailleurs, les concentrations d’IGF1, d’hormone de croissance et de superoxyde dismutase mesurées chez les porcs des groupes ayant reçu un supplément d’acide aminé étaient supérieures dans une mesure significative à celles mesurées chez les porcs du groupe témoin ayant reçu la toxine (P < 0,01). Les concentrations d’IL-2 et de facteur de nécrose tumorale α des groupes ayant reçu un supplément d’acide aminé étaient comparables à celles du groupe témoin n’ayant pas reçu la toxine et inférieures dans une mesure significative à celles du groupe témoin ayant reçu la toxine (P < 0,01). Ces résultats indiquent qu’un supplément d’arginine et de glutamine atténue les effets défavorables dus au stress qu’entraîne le DON et à l’action des cytokines immunitaires chez le porc en croissance.

Date de modification :