Long-Term Manure Applications Impact on Irrigated Barley Forage Mineral Concentrations.

Benke, M.B., Indraratne, S.P., et Hao, X. (2013). « Long-Term Manure Applications Impact on Irrigated Barley Forage Mineral Concentrations. », Agronomy Journal, 105(5), p. 1441-1450. doi : 10.2134/agronj2012.0204  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L’épandage à long terme de fumier à proximité des parcs d’engraissement peut entraîner des déséquilibres nutritifs dans le sol. Nous avons étudié l’effet d’un épandage continu (37 années) et d’un épandage discontinu (30 années d’épandage continu suivi de 7 années sans épandage) sur les propriétés du sol et sur le rendement et la valeur nutritive de l’orge (Hordeum vulgare L.), dans les conditions semi-arides du sud de l’Alberta, au Canada. Du fumier provenant d’un parc d’engraissement de bovins a été appliqué chaque année à raison de 0, 60, 120 ou 180 Mg ha-1 (poids frais) à un sol chernozémique maintenu sous irrigation. Au bout de 37 ans, l’épandage continu n’avait pas d’effet sur le rendement de l’orge, mais les concentrations de protéines brutes, de N-NO3, de P, de K et de Zn du fourrage vert avaient augmenté (P < 0,01). Le rapport Ca/P du fourrage avait diminué, et son rapport K/(Ca+ Mg) avait augmenté jusqu’à atteindre un niveau critique pour la santé des ruminants. L’arrêt de l’épandage n’a pas eu d’effet sur la concentration de protéines brutes du fourrage, mais il a fait diminuer ses concentrations de P et de K (P < 0,01) ainsi que la concentration de ces éléments dans le sol. Cet arrêt a eu pour effet de ramener le rapport Ca/P du fourrage au niveau recommandé. Sept ans après l’arrêt de l’épandage de fumier, la concentration de Zn du fourrage était semblable à celle mesurée dans les parcelles laissées sans épandage. L’arrêt de l’épandage a permis d’améliorer l’équilibre nutritif du fourrage vert pour les animaux, mais il a eu peu d’effet sur le déséquilibre nutritif du sol, les concentrations de P, de K et de Zn demeurant plus élevées (P < 0,01) que dans les parcelles demeurées sans épandage et bien plus élevées que les niveaux requis pour une croissance optimale des plantes cultivées.

Date de modification :