Interaction of pH and temperature affect infection and symptom development of Plasmodiophora brassicae in canola.

Gossen, B.D., Kasinathan, H., Tsao, R., Manolii, V.P., Strelkov, S.E., Hwang, S.F., et McDonald, M.R. (2013). « Interaction of pH and temperature affect infection and symptom development of Plasmodiophora brassicae in canola. », Canadian Journal of Plant Pathology, 35(3), p. 294-303. doi : 10.1080/07060661.2013.804882  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L'incidence de la hernie chez le canola (Brassica napus), causée par le protozoaire terricole Plasmodiophora brassicae dans l'Ouest canadien, est principalement limitée à une région de sols légèrement acides, située près d'Edmonton en Alberta. Les températures chaudes et la faible acidité du sol s'avèrent propices au développement de la hernie. La présente étude a été menée dans le cadre d'un projet plus vaste visant à évaluer le risque de propagation de P. brassicae dans d'autres régions des Prairies où, par exemple, le pH du sol est neutre ou alcalin. Les effets de l'interaction entre la température (10, 15, 20, 25, 30 °C) et le pH (5.0, 5.5, 6.0, 6.5, 7.0, 7.5, 8.0) sur l'infection des radicelles et sur l'apparition des symptômes de la hernie sur les racines de canola ont été étudiés dans des conditions optimales d'humidité pour des doses modérées d'inoculum (1–5 × 106 cytosores par plantule) appliquées dans des conditions contrôlées. Les taux les plus élevés d'infection des radicelles (max. = 61 %) ainsi que d'incidence et de gravité de la hernie (max. = 100 %) sont apparus quand le pH variait de 5.0 à 6.5 et la température, de 20 à 25 °C. À un pH variant de 7.0 à 8.0 pour une température de 20 à 25 °C, le taux d'infection était modéré et très faible lorsque la température oscillait de 10 à 15 °C, et ce, indépendamment du pH. Les études menées dans 267 champs de canola infestés par la hernie en Alberta ont montré qu'il y avait qu'une faible corrélation entre le pH du sol et le taux d'infection (r = −0.30 pour l'incidence, et r = −0.33 pour la gravité). L'absence d'une forte corrélation valide les résultats de l’étude menée dans des conditions contrôlées. Nous concluons que la hernie peut provoquer des taux modérés d'infection à des pH qui dépassent celui qui lui est optimal quand la température et l'humidité sont propices. Cela peut aussi être la cause principale des échecs relatifs à la gestion de la hernie, qui surviennent occasionnellement dans des champs de légumes infestés traités avec de la chaux. Cette étude indique qu'il y a un risque élevé que la hernie sévisse modérément dans les régions où les sols sont neutres ou légèrement alcalins, si les autres conditions (température, humidité, charge d'inoculum) sont propices au développement de la maladie.

Date de modification :