Across a landscape, soil texture controls the optimum rate of N fertilizer for maize production.

Ziadi, N., Cambouris, A.N., Nyiraneza, J., et Nolin, M.C. (2013). « Across a landscape, soil texture controls the optimum rate of N fertilizer for maize production. », Field Crops Research, 148, p. 78-85. doi : 10.1016/j.fcr.2013.03.023  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Pour déterminer les besoins en azote (N) d’une culture de maïs (Zea mays L.), il faut tenir compte des relations spécifiques existant entre la texture du sol, les caractéristiques de la saison de culture et le taux de fertilisation azotée. La présente étude visait principalement à évaluer l’effet de l’interaction entre texture du sol (argile, loam argileux, ou loam sableux fin) et taux de fertilisation azotée (0 à 250 kg N ha‑1) sur la réaction du maïs à la fertilisation azotée, sur la teneur du sol en N assimilable et sur la teneur du sol en nitrate résiduel au moment de la récolte. Nous avons réalisé cette étude sur trois années (2000–2002) dans un champ de 15 ha situé près de Montréal, au Canada. Nous avons évalué la réaction du maïs en termes de rendement, de prélèvement de N et de taux économiquement optimal de fertilisation azotée (Nop). Nous avons évalué la teneur du sol en N assimilable en analysant des échantillons de plante et en mesurant dans le sol la désorption de nitrate au niveau de membranes échangeuses d’ions, avant l’ensemencement (indice AEM-N1) et après l’ensemencement (indice AEM‑N2). Nous avons observé des effets très significatifs du taux de fertilisation azotée et de la texture du sol (loam sableux fin > loam argileux > argile) sur le rendement du maïs et sur le prélèvement de N par la plante. En termes de moyenne pour les trois années, le Nop était de 181 kg N ha‑1 dans l’argile, de 161 kg N ha‑1 dans le loam argileux et de 125 kg N ha‑1 dans le loam sableux fin. Les teneurs du sol en nitrate résiduel estimées pour le Nop (13 à 77 kg N-NO3 ha‑1) étaient bien inférieures à celles mesurées (22 à 173 kg N-NO3 ha‑1). Une fertilisation azotée équivalant au Nop aurait ainsi permis de réduire la teneur du sol en nitrate résiduel de 100 kg N‑NO3 ha‑1. L’utilisation d’un taux de fertilisation azotée variant selon la texture du sol et selon le Nop peut donc réduire les coûts en intrants de la production ainsi que les risques qu’elle présente pour l’environnement, en réduisant la teneur du sol en nitrate résiduel.

Date de modification :