Reduction of Salmonella enterica serovar Typhimurium DT104 infection in experimentally-challenged weaned pigs fed a Lactobacillus-fermented feed.

Yin, F.G., Farzan, A., Wang, Q.C., Yu, H., Yin, Y.L., Hou, Y.Q., Friendship, R.M., et Gong, J. (2014). « Reduction of Salmonella enterica serovar Typhimurium DT104 infection in experimentally-challenged weaned pigs fed a Lactobacillus-fermented feed. », Foodborne Pathogens and Disease, 11(8), p. 628-634. doi : 10.1089/fpd.2013.1676  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Salmonella Typhimurium est une bactérie pathogène d’origine alimentaire souvent présente dans les porcheries. Les probiotiques se sont révélés prometteurs comme moyen de réduire l’excrétion de Salmonella chez les porcs. Nous avons effectué trois essais de provocation expérimentaux pour étudier l’utilisation possible de souches de Lactobacillus nouvellement isolées pour maîtriser les salmonelloses chez les porcs. Dans chaque essai, nous avons réparti au hasard 16 porcelets Yorkshire de 28 jours dans les 4 groupes de traitement suivant : 1) ration de base (RB); 2) aliments fermentés naturellement (FN); 3) aliments fermentés par Lactobacillus zeae (F‑LZ); et 4) aliments fermentés par Lactobacillus casei (F‑LC). Tous les porcs ont mangé leur ration respective pendant 3 jours avant la provocation au moyen de bactéries Salmonella Typhimurium DT104 (environ 6 log unités formatrices de colonies/porc) administrées par gavage. Pediococcus pentosaceus, L. zeae et L. casei étaient les bactéries les plus abondantes dans les rations FN, F‑LZ et F‑LC, respectivement. Après la provocation, la température rectale, le score de diarrhée, la concentration sérique d’haptoglobine et le nombre de Salmonella dans l’intestin étaient plus bas chez les porcs ayant reçu les aliments fermentés que chez ceux du groupe témoin (RB) (p ≤ 0,01). Nous avons détecté Salmonella spp. dans les ganglions lymphatiques iléocæcaux et la rate de tous les porcs des groupes RB, FN et F‑LC, mais dans la rate d’uniquement 50 % des porcs du groupe F‑LZ. Les porcs ont présenté une réaction immunitaire dynamique spatiale et temporelle à l’infection par Salmonella et aux traitements alimentaires, comme l’indiquent les régulations à la hausse et à la baisse de l’expression génique des cytokines inflammatoires (interleukine [IL]‑1β, IL‑6, IL‑10, interféron‑γ et facteur de nécrose tumorale) dans l’iléon, les ganglions lymphatiques iléocæcaux et la rate. L’alternance dans l’expression des cytokines par les aliments fermentés, en particulier les aliments F‑LZ, a semblé bénéficier aux porcs dans la lutte contre la salmonellose.

Date de modification :