Evaluation of synthetic sex pheromone for monitoring and management of raspberry crown borer Pennisetia marginata (Lepidoptera: Sesiidae).

Teasdale, C.J., Judd, G.J.R., Gries, R., et Gries, G. (2013). « Evaluation of synthetic sex pheromone for monitoring and management of raspberry crown borer Pennisetia marginata (Lepidoptera: Sesiidae). », Agricultural and Forest Entomology, 15(3), p. 285-293. doi : 10.1111/afe.12016  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

1. Le (3E,13Z)-octadécadiénal [(3E3,13Z-18:Ald)] a été récemment identifié comme une composante de la phéromone sexuelle du rhizophage du framboisier (Pennisetia marginata (Harris)) (Lepidoptera: Sesiidae). Bien qu’instable, cette phéromone pourrait être utilisée à profit pour surveiller l’abondance saisonnière et la phénologie du vol des adultes et élaborer des stratégies de lutte par confusion sexuelle. Dans le cadre d’expériences menées dans des parcelles de framboises et de mûres, nous avons évalué l’effet de caractéristiques de divers appâts et modèles de pièges sur le nombre de rhizophages du framboisier mâles capturés. 2. Le nombre de mâles capturés a augmenté de façon significative en fonction de la charge de (3E3,13Z-18:Ald) utilisée (10, 100 ou 1 000  µg). 3. Les appâts fraîchement préparés se sont révélés significativement plus efficaces que les appâts maintenus durant 2 à 10 jours à la température de la pièce. 4. Les pièges à ailettes blancs et les pièges blancs de type Delta ont été plus efficaces que les pièges verts de type Delta ou les pièges-seaux verts. 5. La hauteur à laquelle les pièges ont été déployés dans le feuillage des plantes hôtes n’a eu aucune incidence sur le nombre de mâles capturés. 6. L’ajout de composantes de phéromones sexuelles de trois autres espèces de sésies au (3E3,13Z-18:Ald) a réduit l’effet attractif de l’appât pour les mâles; ces composantes sont considérées comme des antagonistes de la phéromone du rhizophage du framboisier. 7. Le piégeage de masse à l’aide de pièges à phéromone effectué à raison de 25 pièges à ailettes par hectare a réduit de 67 à 87 % le nombre de mâles capturés dans les pièges comportant une faible dose (10  µg) d’appât de phéromone en 2011.

Date de modification :