Replacing alfalfa silage with corn silage in dairy cow diets: Effects on enteric methane production, ruminal fermentation, digestion, N balance, and milk production.

Hassanat, F., Gervais, R., Julien, C., Massé, D.I., Chouinard, P.Y., Petit, H.V., et Benchaar, C. (2013). « Replacing alfalfa silage with corn silage in dairy cow diets: Effects on enteric methane production, ruminal fermentation, digestion, N balance, and milk production. », Journal of Dairy Science (JDS), 96(7), p. 4553-4567. doi : 10.3168/jds.2012-6480  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Cette étude visait à déterminer les effets du remplacement de l’ensilage de luzerne (EL) par de l’ensilage de maïs (EM) dans les rations totales mélangées (RTM) de vaches laitières sur les émissions de méthane (CH4) entérique, les caractéristiques de la fermentation ruminale, la digestibilité apparente dans le tube digestif total, le bilan azoté et la production laitière. Nous avons réparti neuf vaches en lactation munies d’une canule ruminale selon dans un plan en carré latin répété 3 × 3 (périodes de 32 jours) et les avons nourries à volonté avec une RTM [fourrage:concentré : 60:40; sur une base de matière sèche (MS)]. La portion de fourrage était constituée d’ensilage de luzerne (EM 0 %; EL 56,4 % dans la RTM), d’un mélange 50:50 des deux types d’ensilage (EM 50 %; EL 28,2 % et EM 28,2 % dans la RTM), ou d’ensilage de maïs (EM 100 %; EM 56,4 % dans la RTM). Pour augmenter la proportion d’EM (aux dépens de l’EL) dans la ration, nous avons diminué la proportion de grains de maïs et augmenté celle du tourteau de soja. Nous avons observé une augmentation quadratique de la consommation de matière sèche et du rendement en lait avec l’augmentation de la proportion d’EM dans la ration, ainsi qu’une augmentation linéaire de la digestibilité de la MS. L’augmentation de la proportion d’EM a entraîné des changements typiques de ceux observés lorsque les vaches reçoivent une alimentation riche en amidon (pH ruminal plus faible, rapport acétate:propionate plus faible, digestibilité réduite des fibres, nombre moindre de protozoaires, teneur réduite en matières grasses du lait et teneur en protéines accrue). Nous avons constaté une réponse quadratique dans les émissions quotidiennes de CH4 avec l’augmentation de la proportion d’EM (440, 483 et 434 g/jour, respectivement avec 0 % EM, 50 % d’EM et 100 % d’EM). La production de méthane ajustée en fonction de la consommation de MS n’a pas varié chez les vaches recevant la ration à 50 % d’EM, ni l’énergie brute ou digestible, mais cette production a diminué chez les vaches qui recevaient la ration à 100 % d’EM (effet quadratique). L’augmentation de la proportion d’EM de la ration aux dépens de l’EL a permis d’améliorer l’utilisation de l’azote, comme le dénote la diminution de la concentration de NH3 ruminal et la diminution de la quantité d’azote dans le fumier, ce qui semble indiquer une réduction des émissions de NH3 et de N2O. Les résultats de cette étude montrent que le remplacement complet de l’EL par de l’EM dans la ration des vaches laitières constitue un moyen de diminuer les émissions de CH4 et les pertes d’azote. Cependant, la réduction de la dégradation des fibres et l’augmentation des solides volatils du fumier qui en résultent pourraient donner lieu à une augmentation des émissions de CH4 du fumier entreposé.

Date de modification :