Host Exopolysaccharide Quantity and Composition Impacts Bacteriophage Pathogenesis of Erwinia amylovora.

Roach, D.R., Sjaarda, D.R., Castle, A.J., et Svircev, A.M. (2013). « Host Exopolysaccharide Quantity and Composition Impacts Bacteriophage Pathogenesis of Erwinia amylovora. », Applied and Environmental Microbiology, 79(10), p. 3249-3256. doi : 10.1128/AEM.00067-13  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Dans les cultures d’Erwinia amylovora en milieu artificiel supplémenté ou non supplémenté en sucre, les virus bactériophages (phages) appartenant aux familles des Myoviridae et des Podoviridae manifestent une préférence soit pour les bactéries qui produisent beaucoup d’exopolysaccharides (hôtes HEP), soit pour celles qui en produisent peu (hôtes LEP). Les phages de la famille des Myoviridae produisent des plages de lyse claires si l’hôte est LEP et troubles si l’hôte est HEP. La plupart des phages de la famille des Podoviridae ont des préférences contraires et produisent des plages de lyse claires si leur hôte est HEP. Nous avons évalué d’efficacité d’étalement en mesurant la croissance des phages sur l’hôte où ils ont été prélevés au départ, par rapport à leur croissance sur l’hôte LEP ou HEP. Neuf des dix phages de la famille des Myoviridae présentaient la plus grande efficacité d’étalement sur hôte LEP, tandis que huit des onze phages de la famille des Podoviridae présentaient la plus grande efficacité d’étalement sur hôte HEP. Nous avons pu augmenter la production d’exopolysaccharides en utilisant une gélose supplémentée en sucre ou la diminuer en bloquant la synthèse d’amylovorane ou de levane (les deux exopolysaccharides produits par l’E. amylovora), ce qui nous a permis d’établir que ces composés jouent un rôle vital dans l’infection par les phages. Chez la plupart des phages de la famille des Podoviridae, l’amylovorane s’est révélée pratiquement essentielle à la prolifération de ces phages, si on compare la croissance de ces populations à celle observée sur l’hôte sauvage. Par ailleurs, la diminution de la production de levane a limité de manière appréciable la descendance des phages de la famille des Myoviridae. Il semble donc que les phages de la famille des Podoviridae sont adaptés aux hôtes produisant beaucoup d’exopolysaccharides et ont besoin de l’amylovorane produite par ces hôtes pour être pathogènes. Les phages de la famille des Myoviridae sont plutôt adaptés aux hôtes produisant peu d’exopolysaccharides et ont besoin de la levane produite par ces hôtes.

Date de modification :