Origins, evolution and diversification of cleptoparasitic lineages in long-tongued bees.

Litman, J.R., Praz, C.J., Danforth, B.N., Griswold, T.L., et Cardinal, S. (2013). « Origins, evolution and diversification of cleptoparasitic lineages in long-tongued bees. », Evolution, 67(10). doi : 10.1111/evo.12161  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L’apparition d’un comportement parasitaire peut faciliter l’exploitation de nouvelles niches écologiques, mais elle lie le sort du parasite à celui de son hôte. Il est donc difficile d’établir si le passage de l’état d’organisme libre à celui de parasite accroît ou réduit le taux de diversification. Nous avons étudié l’évolution du cleptoparasitisme chez les abeilles à langue longue et avons constaté un taux réduit de diversification chez 8 des 10 clades parasites étudiés. Nous proposons une voie évolutive vers le cleptoparasitisme, dont la première étape obligatoire est une stratégie consistant à parasiter les alvéoles fermées du nid, les jeunes de l’hôte étant tués par le parasite adulte. Cette première étape fait ensuite place à une stratégie visant les alvéoles ouvertes, où les jeunes de l’hôte sont tués par un instar larvaire spécialisé du parasite. Ce passage à un parasitisme visant les alvéoles ouvertes a étendu la gamme des espèces pouvant servir d’hôtes aux abeilles cleptoparasites et a joué un rôle fondamental dans la diversification observée parmi les clades cleptoparasites. Nous examinons enfin la fréquence des lignées cleptoparasites dans certaines familles d’abeilles ainsi que l’évolution de ce type de parasitisme dans d’autres groupes d’organismes.

Date de modification :