Ammonia emissions and performance of backgrounding and finishing beef feedlot cattle fed barley-based diets varying in dietary crude protein concentration and rumen degradability.

Koenig, K.M., McGinn, S.M., et Beauchemin, K.A. (2013). « Ammonia emissions and performance of backgrounding and finishing beef feedlot cattle fed barley-based diets varying in dietary crude protein concentration and rumen degradability. », Journal of Animal Science, 91(5), p. 2278-2294. doi : 10.2527/jas2012-5651  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Nous avons utilité des bouvillons de boucherie de race croisée (n = 312) dans une expérience faite selon un plan complètement aléatoire durant la croissance (poids initial : 235 ± 1,6 kg) et la finition (363 ± 2,7 kg) en vue de déterminer les effets de la concentration des protéines brutes (PB) alimentaires et de la dégradabilité dans le rumen sur les émissions d’azote ammoniacal, la performance de croissance et les caractères liés à la carcasse. Dans la phase de croissance, les rations à base d’orge comprenaient 55 % d’ensilage et 45 % de concentré, et dans la phase de finition, 9 % d’ensilage et 91 % de concentré. Chaque phase comportait 4 traitements alimentaires (6 enclos de 13 bovins par type de ration) : ration de base sans supplément protéique (12 % PB durant la croissance et 12,6 %, durant la finition); ration à 14 % de PB supplémentée d’urée (URÉE), d’urée et de tourteau de canola (URÉE+TC), ou d’urée, de tourteau de gluten de maïs (TGM) et de tourteau de soja traité au xylose (TSx) [URÉE+TGM+TSx]. La prise alimentaire et le poids des bovins ont été mesurés toutes les trois semaines. Les bouvillons qui recevaient la ration comprenant 12 ou 12,6 % de PB et ceux d’un des enclos qui recevaient une ration à 14 % de PB ont été logés dans deux enclos isolés afin que l’on puisse mesurer les émissions d’azote ammoniacal avec la technique du flux horizontal intégré et des échantillonneurs d’ammoniac passifs. Dans la phase de croissance, le poids final, le gain pondéral quotidien moyen et le rapport gain/consommation était inférieurs (P < 0,05) chez les bovins qui recevaient la ration à 12 % de PB et la ration URÉE que chez ceux qui recevaient les rations URÉE+TC et URÉE+TGM+TSx. Chez les bovins recevant les rations URÉE+TC et URÉE+TGM+TSx, l’efficacité d’utilisation de l’azote était égale à celle observée chez les bovins recevant la ration à 12 % de PB, soit 19,8 % en moyenne. Dans la phase de finition, la supplémentation en PB n’a pas eu d’effet (P > 0,10) sur les éléments suivants : poids, consommation de matière sèche, gain pondéral quotidien moyen, rapport gain/consommation, efficacité d’utilisation de l’azote, caractères liés à la carcasse. De décembre à février, les émissions d’azote ammoniacal durant la phase de croissance variaient de 4,3 à 25,6 g N/(bouvillon{bullet operator}jour) et de 3,8 à 16,3 % de l’absorption d’azote; d’avril à juillet, durant la phase de finition, ces émissions variaient de 9,7 à 76,4 g N/(bouvillon{bullet operator}jour) et de 4,4 à 26,7 % de l’absorption d’azote. Aucune différence n’a été décelée dans les émissions d’azote des bovins recevant les rations de croissance à 12 et à 14 % de PB. Chez les bovins recevant les rations de finition à 12,6 et à 14 % de PB, les émissions d’azote ammoniacal ont eu tendance (P ≤ 0,16) à être moindres durant deux des cinq périodes, et étaient en moyenne, respectivement, de 14,4 et de 28,1 g N/(bouvillon{bullet operator}jour) et de 7,7 et 12,7 % de l’absorption d’azote. Les émissions d’azote ammoniacal en fonction du pourcentage d’azote absorbé étaient, en moyenne, 42 % moins élevées chez les bovins qui avaient reçu la ration à 12,6 % de PB que chez ceux qui avaient reçu la ration à 14 % de PB. Chez les bovins d’engraissement, la ration à 12,6 % de PB (à base d’orge et de concentré) a permis de réduire les émissions d’azote ammoniacal par rapport à la ration à 14 % de PB, et ce, sans effet sur la performance. Cependant, chez les bovins en croissance, la ration à 12 % de PB (à base de fourrage d’orge) a entraîné une diminution de la performance comparativement à la ration contenant un supplément de protéines dégradables et de protéines vraies non dégradables.

Date de modification :