Dynamique de l’azote du sol consécutive au brûlage et au labour de prairies fertilisées ou non avec du fumier.

Chantigny, M.H., MacDonald, J.D., Angers, D.A., Rochette, P., Royer, I., et Gasser, M.-O. (2013). « Dynamique de l’azote du sol consécutive au brûlage et au labour de prairies fertilisées ou non avec du fumier. », Canadian Journal of Soil Science, 93(2), p. 229-237. doi : 10.4141/cjss2012-094  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les sols de prairies accumulent de l’azote qui peut être perdu à la suite d’un changement de culture. Deux sites adjacents sous prairie, un fertilisé au lisier de porc depuis 28 ans et l’autre non-fertilisé, ont été subdivisé s en parcelles avec couvert prairial intact (témoin) ou avec couvert brûlé par traitement herbicide, sans labour, ou suivi d’un labour par inversion (LI) le même automne ou le printemps suivant. L’azote organique extractible à l’eau chaude (AOEEC) et les formes minérales d’azote dans les extraits de sol au KCl et dans la solution du sol (lysimètres à tension) ont été suivies pendant une année. L’azote minéral du sol a augmenté en moyenne de 1 à 2,8 g m -2 dans les semaines suivant le traitement herbicide et le LI des sols non-fertilisé s, et de 2,6 à 3,0 g m -2 dans les sols avec fumier. Ces augmentations concordaient avec une diminution de l’AOEEC (-0,4 à -1,9 g m -2 pour les sols non-fertilisé s; -2,4 à -4,9 g m -2 pour les sols avec fumier). Ceci suggère que l’AOEEC inclurait l’azote rapidement minéralisé à la suite du brûlage de la prairie. Plus de 80% de l’azote minéralisé dans les semaines suivant le brûlage s’est accumulé sous forme de NH4 dans les sols non-fertilisé s, contre plus de 70% sous forme de NO3 dans les sols avec fumier. En conséquence les quantités d’azote présentes dans la solution du sol (surtout NO3) étaient plus élevées dans les parcelles avec fumier. Les sols de prairie fertilisé s avec du fumier présentent un risque élevé de perte d’azote dans les semaines suivant un brûlage avec LI à l’automne, à cause d’une nitrification rapide de l’azote minéralisé. Dans le cas du LI printanier toutefois, une minéralisation rapide de l’azote serait un avantage pour la culture suivante.

Date de modification :