Growth characterization of kochia (Kochia scoparia) with substitutions at Pro197 or Trp574 conferring resistance to acetolactate synthase-inhibiting herbicides.

Légère, A., Stevenson, F.C., Beckie, H.J., Warwick, S.I., Johnson, E.N., Hrynewich, B.L., et Lozinski, C. (2013). « Growth characterization of kochia (Kochia scoparia) with substitutions at Pro197 or Trp574 conferring resistance to acetolactate synthase-inhibiting herbicides. », Weed Science, 61(2), p. 267-276. doi : 10.1614/WS-D-12-00116.1  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Au Canada, plus de 90 % des populations de kochia à balais sont résistantes aux herbicides inhibiteurs de l’acétolactate synthase (ALS). Nous avons voulu déterminer si la résistance associée au site cible pouvait avoir une incidence sur la croissance et la capacité de compétition de la plante. Nous avons cultivé, selon un plan en séries de remplacement, des sujets homozygotes de génération F2 résistants aux herbicides qui présentaient une mutation Trp574 (source : Alberta, Saskatchewan et Manitoba) ou une mutation Pro197 (Manitoba et Alberta, deux populations) ainsi que des sujets homozygotes de génération F2 sensibles aux herbicides qui provenaient de la population hétérogène correspondante (total de six populations). Dans les peuplements purs, la croissance des sujets résistants aux herbicides provenant d’Alberta et de Saskatchewan était similaire à celle des sujets sensibles, indépendamment de la mutation; à l’inverse, les sujets MB2 résistants aux herbicides (Trp574Leu) se sont développés plus lentement et étaient plus grands que les sujets MB2 sensibles. En outre, le poids sec final des sujets résistants provenant de peuplements purs était similaire dans le cas des six populations, tandis que le poids sec final des sujets sensibles provenant de peuplements purs et des sujets résistants et sensibles provenant de peuplements mixtes (50/50) variait d’une population à l’autre. Les résultats obtenus pour les populations d’Alberta et de Saskatchewan donnent à penser que les deux mutations du gène codant l’ALS ont peu d’effet sur la croissance du kochia, tandis que les résultats obtenus pour les lignées du Manitoba laissent croire qu’un ou plusieurs facteurs non connus ont une incidence sur la croissance du biotype sensible, du biotype résistant ou des deux biotypes. La réaction variait d’une lignée à l’autre, à l’intérieur de chaque lignée ainsi qu’entre les biotypes sensibles, ce qui montre l’importance d’utiliser des populations provenant de diverses régions ainsi que plusieurs témoins sensibles dans le cadre des études sur les biotypes résistants.

Date de modification :