Combining cultural practices with herbicides reduces wild oat (Avena fatua) seed in the soil seed bank and improves barley yield.

O'Donovan, J.T., Harker, K.N., Turkington, T.K., et Clayton, G.W. (2013). « Combining cultural practices with herbicides reduces wild oat (Avena fatua) seed in the soil seed bank and improves barley yield. », Weed Science, 61(2), p. 328-333. doi : 10.1614/WS-D-12-00168.1  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Nous avons entrepris une étude en 2001 dans quatre localités de l’Ouest du Canada afin d’étudier une approche intégrée de lutte contre la folle avoine, la mauvaise herbe la plus nuisible de la région. L’étude a porté sur les effets de traitements combinant des cultivars d’orge demi-nains et hauts et des taux d’ensemencement d’orge normaux et deux fois plus élevés dans des cultures continues d’orge ou des rotations orge–canola–orge–pois cultivé–orge. Des herbicides ont été appliqués à raison de 25 %, 50 % et 100 % des taux recommandés. La première phase de l’étude a pris fin en 2005. Le présent article rend compte de la seconde phase, qui s’est poursuivie pendant quatre années dans deux des localités, Beaverlodge et Fort Vermilion, en Alberta, au Canada. L’objectif était de déterminer l’effet à long terme des traitements sur les graines de folle avoine dans le réservoir de semences du sol. En 2009 (la dernière année), le traitement combinant la culture en rotation et le taux d’ensemencement d’orge le plus élevé (pratique culturale optimale) a entraîné une augmentation des rendements en orge et une réduction de la biomasse de folle avoine comparativement au traitement combinant la culture continue d’orge et le taux d’ensemencement d’orge le plus faible (pratique culturale sous-optimale). Contrairement à ce qui s’est produit lors de la première phase, le rendement en orge a été plus élevé avec le cultivar demi-nain, et le cultivar n’a pas eu d’effet sur la lutte contre la folle avoine. Les quantités de graines de folle avoine dans la réserve de semences du sol ont diminué avec l’augmentation du taux d’application d’herbicide, mais les quantités étaient souvent inférieures avec la pratique culturale optimale. Ainsi, à Beaverlodge, l’utilisation de la pratique culturale optimale a réduit d’environ 40 fois la quantité de graines de folle avoine comparativement à l’utilisation de la pratique sous-optimale, au taux d’application d’herbicide recommandé. Selon nos résultats, la combinaison de pratiques culturales optimales et d’herbicides permet de réduire la quantité de graines de folle avoine dans le réservoir de semences du sol et entraîne une augmentation des rendements en orge. Les pratiques culturales optimales peuvent également compenser la réduction des effets herbicides en réduisant l’accumulation de graines de folle avoine dans le réservoir de semences du sol et en augmentant le rendement en orge. Ces résultats sont intéressants relativement à l’atténuation des effets de l’acquisition d’une résistance aux herbicides par la folle avoine.

Date de modification :