Incidence du gel/dégel sur la désintégration des agrégats et l’écoulement de sédiments résultant à l’Ile du- Prince-Édouard : vue d’ensemble.

Edwards, L.M. (2013). « Incidence du gel/dégel sur la désintégration des agrégats et l’écoulement de sédiments résultant à l’Ile du- Prince-Édouard : vue d’ensemble. », Canadian Journal of Soil Science, 93(4), p. 459-472. doi : 10.4141/cjss2012-059  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le calibre et l’intégrité des agrégats revêtent une importance capitale pour la productivité du sol et l’agriculture; une réduction des dimensions des agrégats devient invariablement une préoccupation majeure lors de certaines pratiques agraires comme les labours et la manipulation de la matière organique. Dans cette optique, le travail que voici examine en particulier les conséquences du cycle gel/dégel (CGD) sur les terres arables de l’Île-du-Prince-Édouard (Î.-P.-É.), où une moyenne annuelle de 40 cycles entraîne une désagrégation quantifiable des agrégats, avec des répercussions diverses. À un extrême, les conséquences sont manifestes et prennent la forme d’une érosion accrue; à l’autre, un compactage plus faible (ou inversé ) et une amélioration de la planche de semis s’avèrent des conséquences bienvenues, l’alternance des températures brisant la croûte ou les mottes du sol ou favorisant une meilleure levée et un établissement précoce des cultures au printemps, là où la prédominance d’agrégats plus petits constitue un atout lors des semis. Dans les sols de l’Î.-P.-É examiné s, les principaux changements observé s dans la répartition de la granulomé trie consécutivement au CGD surviennent au niveau des plus gros et des plus petits agrégats, les fractions inférieures à0,5 mm augmentant en moyenne de 33 %, tandis que celles de 4,75 à9,5 mm diminuent simultanément d’en moyenne 28 %. Cette répartition se reflète de la manière la plus contrastante là où la désintégration maximale (asymptotique) d’un loam attribuable au CGD correspond en moyenne à 3,5 fois celle d’un loam sablonneux ou d’un fin loam sablonneux. L’étude examine aussi le CGD dans un plus vaste contexte agricole et environnemental où un tel cycle pourrait affecter la pérennité de la production agricole. Quand on mesure les effets du CGD sur un fin loam sablonneux en fonction de l’érosion, on remarque une hausse de la masse de sédiments d’environ 90% dans l’eau qui s’écoule entre les rigoles et d’environ 25 % dans celle qui coule dans les rigoles. Par ailleurs, l’étude illustre une méthodologie qu’on a démontré être utilisable dans les conditions qui prédominent dans les terres agricoles de l’Î.-P.-É. Et dans le cadre des objectifs de recherche sur le CGD que ces conditions ont concouru à établir. Les auteurs ont également jugé important de mettre en relief la nécessité d’entreprendre des recherches plus poussées (débutant par la coopération régionale), notamment sur la profondeur du gel, afin de faciliter la modélisation de l’eau disponible et de rendre celle-ci plus claire, pour le bénéfice de l’utilisateur final.

Date de modification :